Archives pour la catégorie “Culture”

Nouvelles des activités culturelles de Nouvelle Acropole France

La musique adoucit les mœurs. Une étude publiée dans The Journal of Positive Psychology (2013) disait que l’on peut passer de la mauvaise humeur à la bonne humeur grâce à de la musique joyeuse. ​Les hommes ont toujours reconnu aux sons un réel pouvoir.

Platon ne l’affirmait-il déjà pas, quatre siècles avant Jésus-Christ, dans le troisième livre de sa République​ : « La musique est un moyen plus puissant que tout autre parce que le rythme et l’harmonie ont leur siège dans l’âme. Elle enrichit cette dernière, lui confère la grâce et l’illumine. »

En cette soirée ​si​ particulière de la fête de la musique, les membres de Nouvelle Acropole Toulouse ont voulu célébrer l’arrivée de l’été par des animations sur une scène ouverte. Par ce moyen chacun d’entre nous a pu participer et chanter une chanson qui lui tenait à cœur !

En première partie, un groupe de jeunes rappeurs toulousains, “FMR Friends” nous a fait découvrir ses textes originaux et son énergie par un concert. Ensuite est venu le temps du karaoké, afin que chaque personne voulant chanter, puisse prendre le micro sur la chanson de son choix.

Cette soirée festive fût une réussite, grâce aux volontaires de Nouvelle Acropole, qui ont organisé cette soirée.

Comments Pas de commentaire »

Conférence : La philosophie de  » Gandhi et la Bhagavad Gita » donnée à Lyon par Daniela Molina dans le centre de Nouvelle Acropole

En cette année du 150ème anniversaire de la naissance de Gandhi, le centre Nouvelle Acropole Lyon a organisé une deuxième activité en hommage à ce grand homme ; faisant suite à la conférence « Gandhi, guerrier de la paix » donnée par Fernand Schwarz en janvier 2019. (voir article sur https://news.nouvelle-acropole.fr/gandhi-guerrier-de-la-paix/)

Avec clarté et profondeur, la conférence « La philosophie de Gandhi et la Bhagavad Gita » a été animée par Daniela Molina, formatrice à NA Lyon. C’est dans la Bhagavad-Gîtâ, récit sacré de l’Inde ancienne, que Gandhi puisera ses intuitions spirituelles et sa force d’action. La proposition philosophique de la Bhagavad Gîta est de redonner aux individus confiance en eux-mêmes pour réveiller le guerrier pacifique qui habite en chacun et entreprendre la voie de la conquête de soi.

A cette occasion, les élèves de l’école de philosophie ont participé à l’animation de la soirée, faisant place également à l’art. L’ouverture de la soirée s’est faite avec un texte sur l’actualité du message de Gandhi, déclamé et mis en musique par deux élèves de 2ème cycle. De plus, le public a pu bénéficier d’une exposition de photos « Into the eyes of India », réalisée par un groupe d’élèves de 2ème cycle.

Comments Pas de commentaire »

A l’occasion du 500ème anniversaire de la disparition de Léonard de Vinci, le centre Nouvelle Acropole à Lyon a mis à l’honneur ce génie humaniste. Peintre, inventeur, ingénieur, scientifique, humaniste, philosophe, Léonard De Vinci est pour beaucoup un esprit universel qui fascine encore cinq cents ans plus tard.

Un colloque a été organisé avec 5 intervenants, devant un public d’une cinquantaine de personnes, pour nous faire rentrer dans l’intériorité de ce grand personnage, à l’appui d’anecdotes sur sa vie et ses œuvres, de citations inspirées, en toute convivialité.
« Imaginez une grande maison, un palais : vous rentrez dans une pièce d’où partent de nombreux couloirs et escaliers… vous vous aventurez par un chemin et vous tombez sur une autre pièce avec autant de couloirs et d’escaliers… » C’est ainsi qu’a commencé le colloque afin de montrer le génie de Léonard : plus on apprend à le connaître, plus on découvre la profondeur de son génie sans fin.

Suite au colloque, Michel Montagnon, responsable de l’atelier de reproduction d’art dans le centre Nouvelle Acropole à Lyon a animé une activité pratique « l’esprit de l’atelier de Léonard de Vinci » pour découvrir « la voie de la main », le sens du travail qualifié, de la belle œuvre. Les participants ont ainsi réalisé des reproductions d’art, la beauté pouvant surgir de nos mains en toute simplicité.

Comments Pas de commentaire »

Le réveil d’Osiris, Musée égyptien du Caire

Ce vendredi 5 avril, les membres du groupe de symbolisme de Nouvelle Acropole ont animé une conférence sur Osiris et les mystères de l’initiation. Osiris, dieu de l’Égypte antique, époux d’Isis. Tué et déchiqueté par son frère, Seth pour s’emparer de son trône, Isis réussit à le reconstituer grâce à sa magie, afin de lui redonner vie dans le monde de l’au-delà. Osiris représente l’incarnation même des potentialités de la vie, de l’union des contraires et d’une potentielle renaissance vers un idéal meilleur. Il incarne la quête d’immortalité spirituelle. Nous pouvons nous inspirer de sa symbolique par la connexion et de l’acceptation de notre propre intériorité afin de devenir meilleurs et en trouvant les solutions en nous même. Merci aux conférenciers pour cette belle soirée.

Comments Pas de commentaire »

C’était devant un nombreux public que Laura Winckler a présenté sa conférence sur le thème de Jung et la synchronicité à Nouvelle Acropole Paris 15.
La synchronicité nous offre une nouvelle vision de l’espace temps. Sommes nous aujourd’hui, hier ou demain ? Peut être existe-t-il un continuum de l’espace temps ? Sinon comment comprendre les prémonitions ou coïncidences sans cause ?
La maladie de l’homme moderne est l’insignifiance nous a rappelé Laura Winckler. Nous souffrons d’une pauvreté qui est avant tout intérieure. Jung ouvre des portes pour transformer cette sécheresse en fécondité. C’est l’intelligence du cœur qui permet de comprendre les mystères de la vie. Le public a chaleureusement remercié madame Laura Winckler de sa conférence si inspiratrice

Laura Winckler lors de la séance de dédicace de ses ouvrages
un public passionné pour la conférence de Laura Winckler

Comments Pas de commentaire »

Conférence de Philippe Bobola dans le centre Nouvelle Acropole à Lyon

Le centre Nouvelle Acropole Lyon a accueilli Philippe Bobola, physicien, biologiste et anthropologue, pour une conférence intitulée : « Transhumanisme : quelle vision de l’homme ? ».

Devant un public de plus de 50 personnes, il a exposé avec brio les origines de ce mouvement de pensée qui prône l’usage des sciences et des technologies dans le but d’améliorer l’espèce humaine en augmentant ses performances physiques et mentales pour faire de l’homme un individu « augmenté ».

La vraie question est posée : quelle vision de l’homme souhaitons-nous ? Celle d’un homme machine, dépendant de la technologie ?

En tant que philosophes humanistes, nous prônons la quête d’autonomie, et non une dépendance à l’environnement comme le présuppose le transhumanisme, avec ses dérives possibles de marchandisation de la santé et de la longévité.

Notre philosophie est basée sur l’amélioration intérieure de chaque individu pour dévoiler tout son potentiel encore inexploré, socle de l’amélioration de la société.

Pour voir la conférence sur notre chaîne YouTube : https://youtu.be/Wz5mTGBEMpY

Comments Pas de commentaire »

(Concert « Piano-Philo » du vendredi 22 février 2019 à la mdlp de Marseille.)

Pour ce deuxième acte « Piano-Philo », la maison de la Philosophie accueille M.H.Barrier et son public dans un attachant petit amphithéâtre tout juste achevé. Soixante places assises décrivent un arc de cercle chaleureux autour de la scène et son piano Schimmel. Une grande et belle affiche en surplomb de l’instrument donne le ton de l’événement. En effet, la pianiste a choisi d’aborder le thème de l’expression du Beau bravant les affres du quotidien vécus par le grand compositeur F. Schubert: « Brave l’imbécile destin, et, pour lui faire honte, cultives tes riches sentiments comme un parterre de fleurs, afin de les répandre dans le froid septentrion de la vie, et de prouver ta divine origine. » (F. Schubert)

Pour commencer, bref extrait du 2eme impromptu op.142 en lien avec la citation de Dénéréaz au sujet du musicien viennois: « Schubert aurait voulu étreindre le monde en un élan de tendresse passionnée, parce que la nature lui semblait belle, la vie douce, et l’homme bon. » Puis suit la lecture d’une courte biographie de Schubert avec de nombreux extraits de ses écrits: « Ardente et profonde aspiration d’une sainte inquiétude, de parvenir à des mondes plus beaux, elle désire peupler le sombre espace d’un tout-puissant rêve d’amour. » Marie-Hélène met ensuite l’accent sur les rapports étroits reliant la période repressive de l’Autriche de l’époque, la vie familiale contrariée du compositeur et son oeuvre. « Le cœur plein d’un amour infini pour ceux qui le dédaignaient, je m’en allais voyager en pays lointain. » Et pour conclure cette première partie, quelques extraits musicaux sont joués comme ceux issus de l’andante de la sonate D.960.

Concert: M.H. interprète dans une atmosphère recueillie les compositions suivantes: – sublime Klavierstück D.946 n°2 – Andante de la sonate D.960 dans son intégralité – Impromptus op.90 n°3 et n°4 Quand la musique se tait, des applaudissements nourris récompensent la belle interprétation de la pianiste. Celle-ci propose au public un échange afin de recueillir ses impressions. Il ressort à plusieurs reprises un intérêt renouvelé pour le compositeur. Et aussi sa faculté à colorer sa musique par l’utilisation sensible des ressources du piano ainsi que son grand art à moduler. Encore merci à M.H.Barrier pour ces beaux moments musicaux.

Olivier M

Comments Pas de commentaire »

Le voyage de Chihiro, de Hayao Miyasaki, fût le plus grand succès de l’histoire du cinéma japonais à sa sortie en 2001. Loin d’être destiné seulement aux enfants, le film d’animation aborde des thèmes philosophiques et d’actualité, tout en mettant en scène une jeune héroïne du nom de Chihiro. Cette jeune fille, après la transformation de ses parents en porcs par la sorcière Yubaba, prend un emploi dans l’établissement de cette dernière qui la soumettra à un certain nombre d’épreuves pour pouvoir retrouver ses parents et le monde humain. Au fur et à mesure des épreuves qu’affronte Chihiro, se dévoile le conflit entre tradition et modernité dans le Japon actuel, mais aussi la sur-consommation et l’avidité qui peuvent étouffer l’être humain, ou encore le problème de la pollution de la nature lié à la sur-consommation. Ludovic Lagane et Théo Pistone, qui ont animé ce ciné-philo à Nouvelle Acropole Toulouse, à partir d’extraits du film, ont donc mis en valeur le caractère initiatique de ce « conte moderne », qui nous touche car il montre la force d’âme, le courage et la pureté de coeur d’une enfant face au monde actuel si désenchanté. Et si nous avions besoin, comme le disait Antoine de St Exupéry, « de faire que le rêve dévore notre vie, afin que la vie ne dévore pas notre rêve » ?
Pour les amateurs du 7e art et de la philosophie, les prochains ciné philo se dérouleront cet été à Nouvelle Acropole !

Comments Pas de commentaire »

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le café philo : un moment de détente pour débattre sur un sujet qui nous interpelle. On peut partager son point de vue en toute sérénité avec d’autres personnes. Le contexte et l’atmosphère permettent de s’ouvrir à d’autre opinions pour repartir plus riche à la fin de la soirée. On se découvre davantage à travers la discussion et l’échange.

le sujet du débat est pertinent et l’accompagnement est constructif qui amène à un apprentissage d’une réflexion structurée et évolutive.

Ce café philo est synonyme d’un véritable bain d’humanité (une expression extrait du café philo)

Comments Pas de commentaire »

Socrate, cette figure légendaire, a disparu depuis longtemps. Et pourtant, ce nom est connu de tous.

Qu’a t-il fait? Qui était-il?

Et bien c’était un philosophe, profondément amoureux de la sagesse et doté d’une force morale inébranlable. Cette force intérieure qu’il avait acquise et qui lui permettait, peu importe les circonstances de la vie, de faire ce qui est juste, bon et beau.

Oui, telle était l’idée de force morale pour Socrate, et pour la défendre, il est allé jusqu’à accepter la mort. Ainsi, ses actes l’ont rendu immortel, car ses idées perdurent après plusieurs millénaires, et continuent de nous inspirer.

Alors, pouvons-nous aujourd’hui faire naître un Socrate en nous et devenir aussi des héros ?

Toutes ces questions ont nourri les échanges lors des ateliers de philosophie organisés par Nouvelle Acropole les 22, 26 et 29 janvier 2019, à l’occasion des rentrées philosophiques de l’école. Car pour devenir philosophe aujourd’hui, il nous faut, comme Socrate, faire naître notre force morale, pratiquer une philosophie active, cherchant à nous découvrir un peu plus chaque jour. Comme dit la maxime : Connais-toi toi-même!

Comments Pas de commentaire »

Mentions légales     Politique de confidentialité