Archives pour la catégorie “Culture”

Nouvelles des activités culturelles de Nouvelle Acropole France

Quelle est la place de la Nature dans nos sociétés industrialisées et urbaines?  Qu’ est-ce que les lois de la Nature ont à nous apprendre et pourquoi se reconnecter avec elles ? Quelles sont les lois essentielles que nous avons oubliées et que nous redécouvrons à travers la science mais aussi la philosophie ?
Ce sont les questions auxquelles a répondu Isabelle Ohmann lors de sa conférence sur le thème « les clés de vie des sagesses de la Nature » du 28 août 2018. Les auditeurs étaient désireux d’en savoir plus sur ces thématiques et plusieurs questions ont été posées sur l’effondrement de nos sociétés en lien avec la disparition progressive de la Nature et le rôle de la Nature pour réenchanter le monde.
La conférencière a opéré un rappel de l’importance de l’élément naturel pour  non seulement survivre mais aussi se reconnecter avec son âme la plus profonde…. à suivre de près!

Conférence sur les sagesses de la Nature à Nouvelle Acropole Paris 15

Comments Pas de commentaire »

Fin août avait lieu à l’Espace Mouneyra la dernière conférence atelier des sujets de l’été sur le thème Éducation en Transition.

Le démarrage a été la question posée au public « Quelle est pour vous la difficulté la plus importante pour être parent ? »

Une psychomotricienne exerçant dans une crèche qui accompagne aussi bien les parents que les enfants nous a apporté son expérience professionnelle, épaulée par un professeur qui a éclairé le thème d’une manière philosophique. En effet, l’éducation et la justice sont pour Platon les deux piliers d’une société qui prend conscience de la perspective collective des enjeux du futur pour construire une société bonne. En Afrique par exemple, l’éducation des enfants n’est pas que l’affaire de papa maman mais concerne l’ensemble de la société car tout adulte doit être un référent. Le chemin de l’éducation doit conduire de la dépendance des premiers âges au sentiment d’interdépendance une fois adulte afin que chacun se sente responsable de ses actions envers soi et les autres.

En premier lieu, être parent n’est pas un processus instinctif et la parentalité s’apprend. Les rôles des deux parents avec les polarités féminines et masculines sont indispensables à l’équilibre et à la formation psychique de l’enfant. Comprendre l’enfant c’est comprendre son langage, ses émotions et ses besoins, mais également mesurer et apprécier l’interaction que l’on a avec lui.

Il n’y a rien de tel que l’amour (pas possessif, bien sûr) pour éveiller. Il n’y a pas mieux que les jeux de société et le judo par exemple pour faire comprendre les règles à des enfants récalcitrants.

Tout s’apprend donc. Même apprendre à apprendre !

Comments Pas de commentaire »

Dans le cadre des ateliers d’été du mercredi sur le thème « Education en transition », le sujet était cette fois- ci le scoutisme. Les deux conférenciers étaient d’anciens scouts qui ont fait tout le parcours, des louveteaux à l’encadrement des patrouilles une fois adulte.

Belle école en fait d’éducation qui allie le savoir-faire au savoir-être, école de la débrouillardise, de la camaraderie et des valeurs morales. Dans l’esprit du fondateur Baden Powel, il était important de remplacer les préoccupations du moi par celles du service à la communauté et d’éduquer les jeunes pauvres démunis de tout. L’esprit scout, c’est la fameuse devise « toujours prêt », un engagement, un signe de salut et un code moral. La pédagogie est ludique et réinsère le jeune dans la nature: savoir monter un camp, faire des nœuds, randonnées, prendre des risques mesurés, le grand air et monter dans les arbres, faire un feu et le fameux feu de camp du soir. Le scoutisme est étroitement lié au bien commun, à la nature, à tout ce qui peut élever et à l’idée de progression personnelle.

Le scoutisme se porte bien en France avec plus de 100000 membres. C’est l’anti école du virtuel et des écrans qui, si on ne risque pas de s’écorcher les genoux avec eux font bien d’autres ravages, le scoutisme c’est la vraie vie. Un ancien scout restera « scout toujours » dans son esprit.

Comments Pas de commentaire »

C’est la question qui fut traitée dans le cadre d’une série d’ateliers d’été, chaque mercredi à l’Espace Mouneyra sur le thème « EDUCATION  et  TRANSITION ».

L’angle d’attaque choisi par le conférencier était ambitieux et surprenant. Si chaque auditeur  s’attendait à ce qu’on lui parle de l’écologie de notre planète, de petites bêtes, de prairies et de rivières, il a été téléporté au-delà du système solaire, au-delà de la galaxie et même au-delà du temps ! En prenant comme point de départ les lois cachées de la nature terrestre que l’homme a découvertes peu à peu au fil de son évolution,  en citant la sagesse populaire avec tous ces dictons rimés en forme de lois,  on en est venu à l’existence de principes organisatifs touchant à l’universel. Principes à l’œuvre dans tout l’univers, dans l’infiniment grand comme dans l’infiniment petit, la totalité se reflète dans les parties avec l’idée que l’univers possède une cohésion dans son immense globalité. Tout ce qui est possède une racine commune et l’unité de départ va se structurer en différents plans, dans différentes formes, se fractionnant toujours plus au point que l’homme a perdu le contact avec ses origines et se pense séparé. Toutes les sociétés traditionnelles se  sentaient faire partie d’un grand tout et la nôtre est en train de retrouver cette expérience de pensée.

On s’intéresse à nouveau à la médecine chinoise qui est une médecine holistique qui considère le corps comme un organisme où toutes les parties inter réagissent avec des zones réflexes qui sont des représentations en plus petit du reste du corps comme les pieds, les oreilles, la langue.

Et si la Nature nous enseignait ? Certes mais encore faut-il l’écouter !

L’animation s’est terminée par un repas bio goûteux où les participants ont pu continuer le débat avec le conférencier.

 

Comments Pas de commentaire »

Nouvelle Acropole Activité

Nouvelle Acropole, Conférence « Musique pour l’âme »à Lyon

Didier Carrié est musicien, philosophe  et formateur à Nouvelle Acropole Lyon ; il a animé avec succès une conférence musicale intitulée « la musique pour l’âme » devant un public de plus de 40 personnes. Il était assisté par Benjamin Bohrani, violoniste, et Margaux Novelli, pianiste, qui ont illustré son propos par des extraits de musique choisis.

Les Pythagoriciens considéraient que l’univers vient d’un son primordial.  Pour eux, l’univers est gouverné par les nombres, et le monde manifesté est le résultat des rapports entre les nombres. Ces rapports sont des vibrations que l’on peut représenter comme des cordes tendues. La gamme pythagoricienne des quintes démontre ainsi la genèse des sons.

D’autre part, dans le modèle grec de la conception de l’univers et de l’Homme, l’âme a une position médiatrice entre le corps et l’esprit, et la musique peut nous donner des repères intérieurs différents et éveiller notre âme.

L’harmonie, qui est en accord avec le lien cosmique, va élever notre conscience pour voir tout de plus haut, et toucher l’aptitude à aimer et à faire confiance.

Le rythme, en adéquation avec le lien social, va dilater ou élargir notre perception pour intégrer la différence, et nous faire prendre conscience de l’autre.

Le timbre mélodique, quant à lui, va s’accorder à notre être intérieur pour nous permettre de sortir des apparences et d’aller en profondeur.

Ces mouvements de la conscience dans l’âme sont vecteurs d’éveil et d’harmonisation.

Pour en savoir plus, la conférence est disponible en intégralité sur You tube : https://youtu.be/U_sW9XrmXRI  »

 

Comments Pas de commentaire »

Pour terminer cette année de dialogue à la Maison de la Philo, deux groupes ont participés à ce nouveau café philo : « Peut_on vivre sans engagement ? »

L’engagement est-il gage de liberté ou est-il une prison qui limite nos opportunités ? Les particpants sont tombés d’accord sur le fait que l’engagement est indispensable pour vivre. La question qui est remontée est pourquoi avons-nous si peur de l’engagement ?

Une sujet passionnant qui a accueillit plus de 40 personnes.

 

 

Les participants ont manifesté une multitude d’opinions et de perspectives. Il y avait ceux qui y voyaient un gage de stabilité, d’autres une peur dans la réduction de leurs libertés et d’autres encore différents degrés d’engagement selon le context.
Que cela soit dans les rapports personnels, professionnels, au niveau individuel ou sociétal, l’unanimité fut d’accord sur le fait que certains engagements, consciemment ou pas, sont inévitables.

 

Comments Pas de commentaire »

On aurait presque cru à un retour d’Helena Blavatsky à Toulouse!

Helena Blavatsky et un journaliste (scène théâtrale)

Helena Blavatsky et un journaliste (scène théâtrale)

HPB (comme la nommaient ses disciples) fût une des femmes les plus énigmatiques du XIXe siècle. Pour introduire cette conférence donnée par Thierry Carles à Nouvelle Acropole Toulouse, des jeunes membres de l’école de philosophie ont interprété un dialogue imaginaire entre HPB et un journaliste de l’époque.

Thierry Carles nous a retransmis des conseils pratiques pour développer sa vie intérieure. HPB avait notamment rapporté d’Orient un outil indispensable pour mieux se connaître soi-même : la constitution septénaire de l’être humain. Cette clé, que nous utilisons dans les ateliers de philosophie pratique de notre école, nous guide vers le meilleur de nous-mêmes.

 

Comments Pas de commentaire »

Faire de sa Mort une alliée, la mettre au centre de nos vies est le thème du cycle 2017/2018 d’ ANABAB .
Après « Le PHEDON de PLATON» et  « A QUOI SERT LA MORT » Les écrits d’ ETTY HILLESUM servent en continuité le travail passionnant de cette année 2018.

Ce vendredi soir 26 avril 2018 se produisait la troupe de théâtre « LA MANUFACTURE » Au Colisée de BIARRITZ dans « Une vie bouleversée » d’après le journal d’ Etty HILLESUN.
Dans une progression diabolique du mal,  magnifiquement portée en scène par Jean Claude FALL et ses acteurs, dans cet enfer carcéral des camps nazi, ETTY ne cesse d’exalter la vie. Elle la trouve belle, même si elle exige beaucoup trop d’elle. Plus son corps souffre et plus paradoxalement sa conscience s’élève . Elle veut tout vivre, tout comprendre et affronter sa mort de front comme faisant partie intégrante de sa vie avec l’Amour comme seule solution. Elle mourra à AUSCHWITZ en 1943 sans revoir son Pays. La mort est bien ce qui donne à la vie tout son prix . Ne cherchons pas à l’éluder.
« En disant « J’ai réglé mes comptes avec la vie », je veux dire : l’éventualité de la mort est intégrée à ma vie ; regarder la mort en face et l’accepter comme partie intégrante de la vie, c’est élargir la vie. A l’inverse, sacrifier dès maintenant à la mort un morceau de cette vie, par peur de la mort et refus de l’accepter, c’est le meilleur moyen de ne garder qu’un pauvre petit bout de vie mutilée, méritant à peine le nom de vie. Cela semble un paradoxe : en excluant la mort de sa vie on se prive d’une vie complète et en l’y accueillant on élargit et on enrichit sa vie. » Etty Hillesum 3 juillet 1942

Comments Pas de commentaire »

Parce que nous sommes convaincus que la Nature n’existe pas qu’en dehors des villes, depuis 2017, Nouvelle Acropole Paris 5 porte le projet « Aux arbres citoyens ! ».

Nous végétalisons la rue de Bazeilles, à deux pas de notre école, en travaillant main dans la main avec les voisins, les commerçants du quartier et toutes les bonnes volontés, en partenariat avec la Mairie du 5ème arrondissement de Paris.
Avec ce nouveau printemps, Nouvelle Acropole s’est relié à un mouvement d’envergure nationale : les 48h l’agriculture urbaine. Nous avons noué des partenariats avec trois associations (La Sauge, iciTerre et la Fourmilière) et accueilli plus de 50 volontaires.

Le résultat : deux journées de travail partagé, des ateliers écologiques dans la rue et un dôme construit collectivement en lattes de lit récupérées, sur lequel pousseront des plantes grimpantes.

En avant la révolution écologique et urbaine !

48h de l’Agriculture urbaine – Nouvelle Acropole Paris 5.

Comments Pas de commentaire »

Samedi 21 avril, à l’initiative de Nouvelle Acropole Paris 15, guidés par sa directrice, Isabelle OHMANN, philosophe, conférencière et membre de l’institut Hermès France, un groupe s’est réuni devant la majestueuse cathédrale Notre Dame de Paris. Cette visite commentée clôturait un séminaire d’études consacré à la géographie sacrée de Paris.

Sous un soleil ardent, les participants ont pu s’initier à la découverte de la géographie sacrée des lieux, à travers l’histoire millénaire de l’Ile de la Cité ainsi qu’au symbolisme puissant de l’édifice.

Devant les trois portails de la majestueuse façade

Ils ont ainsi pu, notamment, entrevoir les mystères alchimiques du grand portail de ce chef d’œuvre, laissant imaginer la connaissance de ses bâtisseurs et la magie de l’édifice tout entier.

Comments Pas de commentaire »

Mentions légales     Politique de confidentialité