Archive de l'auteur

C’est enfin la réouverture de l’Espace Mouneyra qui nous a accueilli pour une conférence ce vendredi 11 juin sur le thème du surf et de la philosophie !

Le sujet a fait venir des adeptes du surf, des débutants, des amoureux de la nature et de la philosophie. Le conférencier qui a débuté le surf en même temps que la philosophie pratique nous a embarqué de Hawaï en passant par la Grèce antique pour nous faire vivre les liens qu’il a pu faire entre ces 2 pratiques.

À Hawaï le surf était une quête sacrée. Cette même quête philosophique enseignée par Platon, Socrate, Bouddha…

Car comme l’écrit Gery Lopez « le surf nous apprend à affronter la Vie ».

Ce fut un moment fort de partage, rythmé par des échanges poétiques, artistiques, d’ancrage à soi, à l’autre.

Au final, nous retenons que la vague est une opportunité de la vie, face à elle, la peur peut nous prendre et nous retenir, mais si le surfer/le philosophe rate une vague, il se redresse et se prépare encore mieux pour réussir la suivante. Car il y a toujours une nouvelle vague, soyons prêt à saisir toutes les opportunités !

Comments Pas de commentaire »

Connaissez-vous Shambhala ?

Vendredi 7 mai, Nouvelle Acropole Bordeaux a organisé en ZOOM une conférence avec des pratiques sur cette voie de recherche de la maîtrise de soi.

Les enseignements Shambhala viennent du Tibet. Ils sont très anciens et possèdent une longue lignée de maîtres. Il s’agit d’élever et d’ennoblir notre propre existence comme celle des autres sans recours au religieux. Cela part de l’idée qu’il y a une part d’intrinsèquement bon en l’humain que nous devons expérimenter à tout prix. Le moyen de toucher cette part est une voie de guerrier intérieur qui va travailler sur tous les dragons en lui qui l’empêchent de dégager son potentiel. Ceux-ci ont pour nom : peur, lâcheté, confort du cocon, orgueil et les qualités à faire émerger pour les combattre ont pour nom : douceur, bonté, lâcher-prise et méditation. Cela s’appelle tout simplement de la magie et va à contre-courant des efforts pour créer du plaisir et du confort à partir de l’hyperactivité du monde actuel qui nous éloigne de la simplicité.

Quand nous exprimons la douceur, nous reprenons contact avec soi, avec la nature, avec le ciel et la terre et cela nous permet de retrouver le lien sacré qui va avec le respect du monde.

Shambhala n’est pas une proposition de plus dans le marketing du développement personnel de la performance, sa voie est celle de l’harmonie pour le bénéfice de chacun.

Comments Pas de commentaire »

Le Jour de la Terre fut célébré pour la première fois le 22 avril 1970. Aujourd’hui, plus d’un milliard de personnes dans 193 pays passent à l’action chaque année dans le cadre du Jour de la Terre. Au fil des ans, le Jour de la Terre est devenu le mouvement participatif en environnement le plus important de la planète.

C’était le dimanche 18 avril à Bordeaux, place à l’angle de la Rue Milière et la Rue Brian, Nouvelle Acropole Bordeaux organisait une action de Streetart et de volontariat écologique (boule de graine et ramassage de déchets).

Street Art collaboratif


Le soleil était au rendez-vous, équipé de pot de peinture, de rouleaux, de pinceaux, une fresque en l’honneur de la Terre a pris naissance avec la participation des passants.

Chaque volontaire s’est alors essayé à l’exercice de la créativité en posant son coup de pinceau sur ce grand mur bleuté.

D’autres volontaires quant à eux ont opté pour une opération de ramassage de déchet dans le quartier. Équipé de gants et d’un sac poubelle, plusieurs petits groupes sont partis faire la chasse aux détritus sur la voie publique. 

Atelier confection de bombes à graines

En ce jour de la terre, les fleurs étaient également à l’honneur avec les ateliers de bombes à graines. Ludiques et écologiques, les bombes à graines permettent à petits et grands de faire exploser la biodiversité ! D’une simplicité absolue à fabriquer, elles ne demandent que peu d’ingrédients, et des graines variées. Cette méthode est utilisée aujourd’hui pour planter dans des endroits difficiles d’accès mais aussi pour amener de la nature et de la biodiversité dans les villes. Une belle façon de joindre l’utile à l’agréable !

Vous avez peint, vous avez mis les mains dans la terre et vous avez rendu propre notre planète, un grand merci à chacun d’entre vous !



« La grandeur de l’homme se mesure à son degré d’humilité*»
* dit de l’homme humble du latin « humilis » dérivé de « humus » signifiant TERRE

Comments Pas de commentaire »

Et si on se déconfinait l’esprit par la pratique philosophique ?

C’était le programme des ateliers des 25 et 27 mars 2021.
Le premier par Zoom, le second en plein air, ces 2 rendez-vous ont permis à une dizaine de participants de refaire le lien à soi, à l’autre et leur lien au monde.

Par des pratiques d’écoute, de concentration et d’attention chacun a pu observer les bienfaits apportés par l’alignement intérieur.

La vision ternaire du monde en Grèce Antique nous offre une lecture claire de cet alignement : entre corps, âme et esprit.

Chaque exercice est l’opportunité de partager notre vécu et nos prises de conscience.

L’aventure continue en avril ! Chères âmes en quête de sagesse, vous êtes conviées à ce cycle de 18 ateliers philosophiques : bit.ly/2P462D7

Comments Pas de commentaire »

Nouvel Acropole  BORDEAUX nous a réjouis samedi 6 mars. Pour introduire la journée du droit de la femme nous avons partagé sur zoom 3 portraits féminins, 3 rencontres, 3 univers.

Tout d’abord Rouge, peintre bordelaise. Une artiste complète qui au travers d’une interview nous conte comment elle capte les émotions de la ville et les retranscrit dans ses œuvres.

A peine quittons-nous le charme de Rouge que nous plongeons dans une pratique. Laisser notre corps s’exprimer au travers de nos mains… un vrai ballet.

Puis c’est le portrait de Jacinda Arden, premier ministre en Nouvelle Zélande. Cette femme nous montre le chemin. Elle allaite son enfant à l’ONU. Elle décide d’être mère et Premier ministre. Rien que cela !

Nouvelle pratique, avec un sujet de réflexion, inspiré du parcours de Jacinda Arden : quel pouvoir nous accordons nous ? Comment le met-on en œuvre ?

Enfin, Florence Nightingale, anglaise, issue de la bonne société, qui au début du XXème siècle devient infirmière porte le « to care » en complément du « to cure ». Littéralement prendre soin, au delà de guérir.

Nouvelle pratique ! Etre acteur, être présent, ETRE…quelle inspiration

Un moment enchanteur !

Merci Mesdames

Comments Pas de commentaire »

Vendredi 19 février, une trentaine de « Zoomer » à suivi la conférence de Nouvelle Acropole Bordeaux : Olivier Larrègle nous a guidé dans l’univers insolite de la Toscane en pleine Renaissance italienne sur les traces de Michel-Ange.

« Michel-Ange ou l’Amour de la Beauté »

On connaît Michel-Ange pour le David colossal, pour la peinture du plafond de la Chapelle Sixtine. Mais sait-on quel feu intérieur anime ce génie absolu, surnommé par ses contemporains le ‘Titan’ ou le ‘Divin’, qui produira seul, sans répit, jusqu’à sa mort à 89 ans un trésor pour l’humanité ?  

Michel-Ange cherche Dieu à travers la Beauté.

A 13 ans ce fils de magistrat est déterminé à apprendre l’art ; il entre dans l’atelier d’un grand peintre florentin qu’il subjugue par son talent. Le destin l’appelle en la personne de Laurent de Médicis qui le remarque et l’intègre à l’école de sculpture du palais Médicis. Michel Ange fréquentera des grands lettrés et des humanistes et va recevoir une solide formation profondément empreinte de principes esthétiques et spirituels. Il se veut avant tout sculpteur sur marbre, il va atteindre la perfection.   

Œuvre après œuvre, Olivier nous amène à voir derrière l’esthétique – toujours magnifique – la pensée qui s’exprime en synthèse, la Beauté qui véhicule du sens, les puissantes évocations du Sacré. A 15 ans la Vierge à l’escalier et les 5 niveaux de l’âme, à 25 ans la Piéta de la basilique St Pierre de Rome, à 29 ans le célèbre David, et tant d’autres. ‘J’ai vu un ange dans le marbre et j’ai seulement ciselé jusqu’à l’en libérer’.

On apprend comment Michel Ange, adoubé par la noblesse florentine évolue sur fond des péripéties de l’histoire de la Renaissance italienne, les Médicis ennemis de Rome, sa fuite à Bologne où il va parachever sa formation en humanités, son installation à Rome où il réalise la Piéta, ses rapports compliqués avec l’Eglise dans un jeu d’attraction pour son talent/répulsion pour sa liberté créative. Le pape Jules II en 1508 lui ordonne de recouvrir de fresques le plafond de la chapelle sixtine (40m de long à 21 m de hauteur). Il va y consacrer 4 ans de sa vie, sans accepter aucune aide. Sublime, chef d’œuvre de l’histoire de la peinture. 

Le sujet de la Piéta est le fil rouge de sa vie. Perfection dans le monde sensible quand il a 30 ans (la Piéta de Rome) – Simplicité remplie de grandeur dans sa forme épurée, ‘non finito’ à 85 ans (la Piéta Rondoni).

L’exigence de perfection à laquelle se soumit toute sa vie Michel Ange, et l’esprit du divin qui sublime ses créations confèrent à son œuvre une dimension archétypale de la Beauté qui nourrit de l’intérieur le monde des vivants.

Comments Pas de commentaire »

« Mettre sur la même ligne, l’oeil, la tête et le coeur »,

tel est la définition de la photographie par le maître incontesté, l’œil du siècle : Henry-Cartier-Bresson.
Et comme les regards convergent vers les sommets, comment ne pas relier ces paroles à celles des philosophes, « maîtres de sagesse « qui cherchent eux aussi à relier, contemplation et action.
C’est le point commun entre les artistes photographes « de rue » et des penseurs, eux aussi, tel Socrate, dans la rue !
C’est ce que cette dizaine de photographes-philosophes en herbe ont cherché à pratiquer dans les rues de Bordeaux, samedi 18 Février, suite à la conférence d’Olivier Larrègle sur Michel Ange qui abordait son sujet par l’angle du Beau. C’est dans les deux cas de la « conversion » du regard, celui que l’on porte sur notre monde et notre environnement qui nous fait voir (ou non) l’essentiel, et le Beau en question. Autre travail commun aux deux disciplines : la présence. C’est le premier principe pour « attraper » les images, la lumière, l’ordre, le « sens », perçu autour de nous, à un endroit, à un instant : « décisif » dira toujours Cartier Bresson, le maître « photographe-philosophe ».

Atelier de photographie avec un regard philosophique organisé par Nouvelle Acropole Bordeaux

Comments Pas de commentaire »

Ce jeudi 28 janvier fût l’occasion de s’émerveiller à travers nos écrans avec une très belle intervention zoom des formateurs de l’association Nouvelle Acropole Bordeaux. Ils nous ont donné l’opportunité d’approfondir notre regard sur la notion de l’émerveillement. C’était un module avec de la pratique en demi groupe qui nous a permis de toucher à l’émerveillment et de partager nos vécus et croiser nos regards. Il y a également eu une partie théorique avec l’apport de clés de compréhension pour vivre l’émerveillement au quotidien et dans cette période de désenchantement et d’incertitude.
Loin d’être une fuite du réel, l’émerveillement est un réel changement de perspective qui nous permet d’aborder les situations avec un regard éternellement renouvelé.
Restons attentifs et ouverts, derrière le connu se cache peut être l’extraordinaire !

Comments Pas de commentaire »

Nouvelle Acropole Défis stoïciens Bordeaux Nord

Le Mercredi 27 janvier a eu lieu le dernier atelier de philosophie pratique de Nouvelle Acropole Bordeaux Nord, de la série des défis stoïciens sur ZOOM.

Il a réuni 9 participants. Voici le retour d’un participant: « C’était le dernier de janvier, le dernier après la série de 3 défis qu’on nous a proposé par zoom et celui-ci commençait 24h avant le t0 du zoom. Nous étions des nouveaux et les habitués. Armés de nos stylos et de notre tête nous avons exploré le temps, ensemble…surprenant comment le temps sur les dernières 24h peut prendre le dessus sur nos aspirations et comment il rythme la joie de revivre une année. « 

En conclusion, si le temps nous échappe, c’est qu’il sort de notre conscience pour prendre les rennes de nos vie. Etre un stoïcien, c’est se sentir libre malgré cet aspect du temps. Et simplement prendre ce temps pour y mettre ce qui compte pour nous, lui faire prendre vie …

Apprendre à vivre bien chaque instant qui nous appartient et comme le propose Marc Aurèle, philosophe stoïcien du II s ap JC  » chaque jour comme si c’était le dernier  » .

C’est sur cette pensée que s’est arrêté le formateur, nous invitant à continuer la pratique de la philosophie.

Comments Pas de commentaire »

Nouvelle Acropole Défis stoïciens Bordeaux Nord

Le Mercredi 20 janvier s’est tenu le premier Défi stoïcien sur Zoom organisé par Nouvelle Acropole Bordeaux Nord. Il s’agit d’une série de 3 ateliers philosophie qui mettent à l’honneur des maximes stoïciennes. Une dizaine de participant ont relevé le défi!

Accueillis chaleureusement par Laleh et Michael, les exercices du défi sur  » Ce qui dépend de moi » a rapidement commencé. Ils ont proposé des outils pour appréhender la pensée stoïcienne par notre propre expérience. Des défis simples mais impactants qui ont permis de s’exercer avec authenticité.  La clôturé proposé était un mot de retour sur l’expérience passée au tamis de Socrate, c’est-à-dire que notre parole réponde à 3 critères : ce que je vais dire est-il bon ? est-il vrai ? et est-il utile ? En voici quelques-uns : envie, pétillant, partage, application, JOIE ! Le défi se poursuit avec les pratiques abordées et grâce à un livret qui a été transmis après l’atelier. Mais surtout avec les 2 autres rendez-vous de défi : samedi 23 janvier (Affronte tes peurs) et mercredi 27 janvier (Profite du temps).

Comments Pas de commentaire »

Mentions légales     Politique de confidentialité