Cette semaine, des volontaires de l’école de philosophie ont rencontré l’équipe de la  » Table du soir  » à Bayonne et ont aidé à la préparation de repas pour plus de 140 accueillis dans le besoin. Leur slogan : « Si tu as faim, tu viens ! »

Une joyeuse atmosphère plane dans les cuisines où toutes les générations se croisent et partagent, reliées par un but commun qui dépasse le simple épluchage de légumes !

Dans le monde actuel, la solidarité n’est plus un luxe mais un état d’esprit nécessaire pour continuer d’avancer ensemble. 

Remerciement à tous les bénévoles et à ceux à l’origine de cette belle initiative.

Si vous souhaitez vous aussi vous mettre au service, le temps d’un repas, inscrivez-vous sur leur site ! 

Comments Pas de commentaire »

Et si on se déconfinait l’esprit par la pratique philosophique ?

C’était le programme des ateliers des 25 et 27 mars 2021.
Le premier par Zoom, le second en plein air, ces 2 rendez-vous ont permis à une dizaine de participants de refaire le lien à soi, à l’autre et leur lien au monde.

Par des pratiques d’écoute, de concentration et d’attention chacun a pu observer les bienfaits apportés par l’alignement intérieur.

La vision ternaire du monde en Grèce Antique nous offre une lecture claire de cet alignement : entre corps, âme et esprit.

Chaque exercice est l’opportunité de partager notre vécu et nos prises de conscience.

L’aventure continue en avril ! Chères âmes en quête de sagesse, vous êtes conviées à ce cycle de 18 ateliers philosophiques : bit.ly/2P462D7

Comments Pas de commentaire »

Le 26 mars dernier, Olivier Larrègle, directeur de l’école de philosophie Nouvelle Acropole Biarritz, nous a fait voyager au cœur de la renaissance. A travers les œuvres grandioses et intemporelles signées de la main de Michel Ange, Olivier nous a rappelé que l’idéaliste est celui qui allie à la fois la dimension contemplative et la dimension active de l’existence. La contemplation de la beauté et l’action dans le monde sont complémentaires et indissociables pour le héros en quête de lui-même, au service d’un idéal. Michel-Ange nous a offert, par sa peinture et ses sculptures, un héritage esthétique et philosophique qui continuera pendant encore longtemps d’éveiller les consciences humaines.

Comments Pas de commentaire »

Dans le cadre de la journée des Femmes promue par l’ONU, le 8 mars dernier, le groupe d’étude féminin de Nouvelle Acropole Lyon a organisé une activité en ligne sur Zoom : Femmes remarquables d’hier et d’aujourd’hui.
Un total de 20 personnes ont participé à l’activité – permettant ainsi un espace convivial avec les participants malgré l’interface virtuelle.

Sous la forme d’un colloque, quatre exposés ont fait vivre ou revivre quatre femmes remarquables :

  • Clara Zetkin, militante féministe à l’origine de la Journée internationale des femmes ;
  • Katherine Jonhson, femme afro-américaine, mathématicienne à la NASA, qui a lutté contre la ségrégation raciale ;
  • Alexandra David-Néel, une aventurière de l’esprit ;
  • Vandana Shiva, militante éco-féministe dans la lignée philosophique de Gandhi.

A l’issue, un échange participatif avec les participants a permis de faire émerger les points communs de ces femmes remarquables. En voici un résumé :

  • Chacune a œuvré dans son domaine, sur son terrain d’action, assumant son destin.
  • Elles ont toutes mis leur âme dans leur démarche avec confiance, générosité, courage, conviction et force de travail.
  • Des femmes qui ont marqué l’histoire, nous montrant que le leadership féminin aide à changer les mentalités et faire évoluer les sociétés.

A travers leurs exemples, le public a pu toucher aux vertus fondamentales et à la grandeur du féminin. Une belle inspiration pour le monde d’aujourd’hui en quête de sens et de repères.

A découvrir et redécouvrir…

Comments Pas de commentaire »

Nouvel Acropole  BORDEAUX nous a réjouis samedi 6 mars. Pour introduire la journée du droit de la femme nous avons partagé sur zoom 3 portraits féminins, 3 rencontres, 3 univers.

Tout d’abord Rouge, peintre bordelaise. Une artiste complète qui au travers d’une interview nous conte comment elle capte les émotions de la ville et les retranscrit dans ses œuvres.

A peine quittons-nous le charme de Rouge que nous plongeons dans une pratique. Laisser notre corps s’exprimer au travers de nos mains… un vrai ballet.

Puis c’est le portrait de Jacinda Arden, premier ministre en Nouvelle Zélande. Cette femme nous montre le chemin. Elle allaite son enfant à l’ONU. Elle décide d’être mère et Premier ministre. Rien que cela !

Nouvelle pratique, avec un sujet de réflexion, inspiré du parcours de Jacinda Arden : quel pouvoir nous accordons nous ? Comment le met-on en œuvre ?

Enfin, Florence Nightingale, anglaise, issue de la bonne société, qui au début du XXème siècle devient infirmière porte le « to care » en complément du « to cure ». Littéralement prendre soin, au delà de guérir.

Nouvelle pratique ! Etre acteur, être présent, ETRE…quelle inspiration

Un moment enchanteur !

Merci Mesdames

Comments Pas de commentaire »

Dames en lumière, femmes politiques, femmes mystiques et poètes, d’hier et d’aujourd’hui, elles ont inspirés l’humanité tout entier par leur courage, leur dévotion et leur parole emplie de sens et de magie.

Pour la deuxième année consécutive Nouvelle Acropole à Rouen a présenté une exposition de femmes remarquables. A cette occasion, 3 femmes ont pu être présentées durant de courts exposés.

L’occasion de découvrir Thérèse D’Avila, Geneviève de Gaulle et Anne Sylvestre. Des femmes qui nous inspirent par leur mystique, leur courage, et leur art. Un beau moment partagé, intergénérationnel, qui nous a relié à l’énergie féminine à l’occasion de la journée internationale des droits des femmes.

Ce travail de compilation a été réalisé par un groupe d’étude féminin de Nouvelle Acropole Rouen.

Rendez-vous l’année prochaine pour continuer ce périple très inspirateur pour les femmes et les hommes d’aujourd’hui.

L’équipe Nouvelle Acropole de Rouen 😉

Comments Pas de commentaire »

Vendredi 19 février, une trentaine de « Zoomer » à suivi la conférence de Nouvelle Acropole Bordeaux : Olivier Larrègle nous a guidé dans l’univers insolite de la Toscane en pleine Renaissance italienne sur les traces de Michel-Ange.

« Michel-Ange ou l’Amour de la Beauté »

On connaît Michel-Ange pour le David colossal, pour la peinture du plafond de la Chapelle Sixtine. Mais sait-on quel feu intérieur anime ce génie absolu, surnommé par ses contemporains le ‘Titan’ ou le ‘Divin’, qui produira seul, sans répit, jusqu’à sa mort à 89 ans un trésor pour l’humanité ?  

Michel-Ange cherche Dieu à travers la Beauté.

A 13 ans ce fils de magistrat est déterminé à apprendre l’art ; il entre dans l’atelier d’un grand peintre florentin qu’il subjugue par son talent. Le destin l’appelle en la personne de Laurent de Médicis qui le remarque et l’intègre à l’école de sculpture du palais Médicis. Michel Ange fréquentera des grands lettrés et des humanistes et va recevoir une solide formation profondément empreinte de principes esthétiques et spirituels. Il se veut avant tout sculpteur sur marbre, il va atteindre la perfection.   

Œuvre après œuvre, Olivier nous amène à voir derrière l’esthétique – toujours magnifique – la pensée qui s’exprime en synthèse, la Beauté qui véhicule du sens, les puissantes évocations du Sacré. A 15 ans la Vierge à l’escalier et les 5 niveaux de l’âme, à 25 ans la Piéta de la basilique St Pierre de Rome, à 29 ans le célèbre David, et tant d’autres. ‘J’ai vu un ange dans le marbre et j’ai seulement ciselé jusqu’à l’en libérer’.

On apprend comment Michel Ange, adoubé par la noblesse florentine évolue sur fond des péripéties de l’histoire de la Renaissance italienne, les Médicis ennemis de Rome, sa fuite à Bologne où il va parachever sa formation en humanités, son installation à Rome où il réalise la Piéta, ses rapports compliqués avec l’Eglise dans un jeu d’attraction pour son talent/répulsion pour sa liberté créative. Le pape Jules II en 1508 lui ordonne de recouvrir de fresques le plafond de la chapelle sixtine (40m de long à 21 m de hauteur). Il va y consacrer 4 ans de sa vie, sans accepter aucune aide. Sublime, chef d’œuvre de l’histoire de la peinture. 

Le sujet de la Piéta est le fil rouge de sa vie. Perfection dans le monde sensible quand il a 30 ans (la Piéta de Rome) – Simplicité remplie de grandeur dans sa forme épurée, ‘non finito’ à 85 ans (la Piéta Rondoni).

L’exigence de perfection à laquelle se soumit toute sa vie Michel Ange, et l’esprit du divin qui sublime ses créations confèrent à son œuvre une dimension archétypale de la Beauté qui nourrit de l’intérieur le monde des vivants.

Comments Pas de commentaire »

« Mettre sur la même ligne, l’oeil, la tête et le coeur »,

tel est la définition de la photographie par le maître incontesté, l’œil du siècle : Henry-Cartier-Bresson.
Et comme les regards convergent vers les sommets, comment ne pas relier ces paroles à celles des philosophes, « maîtres de sagesse « qui cherchent eux aussi à relier, contemplation et action.
C’est le point commun entre les artistes photographes « de rue » et des penseurs, eux aussi, tel Socrate, dans la rue !
C’est ce que cette dizaine de photographes-philosophes en herbe ont cherché à pratiquer dans les rues de Bordeaux, samedi 18 Février, suite à la conférence d’Olivier Larrègle sur Michel Ange qui abordait son sujet par l’angle du Beau. C’est dans les deux cas de la « conversion » du regard, celui que l’on porte sur notre monde et notre environnement qui nous fait voir (ou non) l’essentiel, et le Beau en question. Autre travail commun aux deux disciplines : la présence. C’est le premier principe pour « attraper » les images, la lumière, l’ordre, le « sens », perçu autour de nous, à un endroit, à un instant : « décisif » dira toujours Cartier Bresson, le maître « photographe-philosophe ».

Atelier de photographie avec un regard philosophique organisé par Nouvelle Acropole Bordeaux

Comments Pas de commentaire »

Nous étions une douzaine à être heureux de nous retrouver autour d’un verre sur la plate-forme zoom ce vendredi 19 février. S’il n’a pas été possible de trinquer « pour de vrai », nous avons pu échanger sur cette question : « L’euthanasie est-elle contraire à la vie ? ». Nous nous sommes demandés si l’euthanasie est un moyen de vivre et de mourir dans la dignité. C’est cette notion de dignité ontologique qui nous invite à regarder les conditions de notre existence avec davantage de hauteur et à retrouver le sens des épreuves que nous traversons, de la souffrance à la mort en passant par la maladie. L’échange fut riche, constructif et précieux en cette période où les instants de partage se raréfient.

Comments Pas de commentaire »

Malgré les masques, la fin de la récolte a laissé de nombreux sourires / crédit: Julia Pouligny

Article paru dans le journal « Le 24 heures », par Julia Pouligny, le 3 février 2021

Chaque premier mercredi du mois, Nouvelle Acropole propose « Nettoyons notre cité », une action qui permet le ramassage de déchets dans les rues de Toulouse. Mais celle-ci ne ressemble pas aux récoltes habituelles. Elle permet également d’avoir une approche philosophique sur soi et le monde qui nous entoure.

14h 30, le point de départ est donné à l’espace Hermès à Toulouse. À chaque récolte, le circuit change. C’est équipé de la tête aux pieds, que la petite troupe s’engage dans les rues de la ville. Un exercice sportif, mais qui permet de flâner à travers les diverses rues toulousaines tout en les préservant des déchets.

À peine quelques mètres entamés, les mégots sont déjà là. Au bord des routes, près des arbres, sous les bancs où à côté des poubelles. Ils sont devenus tellement présents qu’on a presque du mal à les repérer, car ils font désormais partie du paysage. Arrivé sur la grande rue Ozenne, le groupe se sépare en deux afin de couvrir plus d’espaces. Les passants remarquent vite les chasubles vertes et quelques remerciements se font entendre.
« Ramasser les mégots ce n’est rien, c’est réveiller les gens qui est important » explique Périclès .

Les volontaires ne sont qu’à un quart de la rue et la petite bouteille en plastique accrochée à leur taille est presque remplie.

La bouteille de Denise contenant des mégots est bien remplie crédit: Julia Pouligny

Plus loin, se trouve le Jardin Royal de Toulouse. Et grande surprise, l’espace est plutôt bien entretenu. Mais au vu du nombre de personne présentes, la sensibilisation se fait tout de même. Les sacs de tri ne sont plus transparents et laissent apparaître les déchets ramassés.

“Qu’est-ce que ce moment nous a appris de nous ?”

Tous ces volontaires se sont déplacés pour de multiples raisons. Mais à la fin de cette action, ensemble ils vont devoir débriefer de leur après-midi avec comme thématique « Qu’est-ce que ce moment nous a appris de nous ? ».

Ensemble l’équipe de volontaires ramassent tout type de déchets. crédit: Julia Pouligny

De retour à l’espace, tout le monde prend place en cercle et chacun pourra dévoiler son expérience.

Beaucoup d’émotions ont été ressenties telles que la colère, la joie, le soulagement ou même l’espoir. Une première pour Denise qui découvrait cette action. Une activité collective qui lui permet de regagner du lien social avec un plus, se rendre utile. Ludovic lui adopte un tout autre discours et déjà dans la rue le sentiment était le même : « C’était une action difficile pour moi. Ça m’a toujours énervé de voir les gens jeter des déchets. Je suis en colère parce que même déjà depuis petit, je n’ai pas le pouvoir de les empêcher». Une colère que beaucoup partagent, mais que certains transforment en force ou bien en soulagement. Ceci leur permet de passer outre le regard et le jugement des autres et qu’en agissant, cela peut nous permettre d’être exigeant avec nous-mêmes mais plus indulgent avec les autres.

  • par Julia Pouligny ; 3 février 2021, 19:15
  • Lien vers l’article original : https://www.le24heures.fr/2021/02/03/nouvelle-acropole-ramasse-les-megots-avec-philo/?fbclid=IwAR2BQtr5VlejyqNhzx0wwc845Epm0sGAYp-mKuSAs2wQgajnmeSoEnhYNxo

Comments Pas de commentaire »

Mentions légales     Politique de confidentialité