Archive de l'auteur

Les cafés philo ont repris chaque mois, avec pour le mois de janvier un thème qui a éveillé la vitalité de l’idéal dans les échanges entre les participants. « Avoir un Idéal, est-ce utopique ?
Qu’est-ce qu’une utopie ? Qu’est-ce qu’un idéal ?
Sont-ils dans le même plan ? plan mental, plan émotionnel, c’est ce que ce sont posés comme question la dizaine de participants dans des échanges enrichissants et avec des partages de vécu de la vie courante.

« Qu’est-ce que l’idéal ? C’est l’épanouissement de l’âme humaine.»
Jean Jaurès

Comments Pas de commentaire »

Ce week-end des volontaires de l’Association Nouvelle Acropole Bordeaux sont retournés dans les rues du quartier pour y apporter un peu de propreté.
Dans leur action, ils ont constaté que la tête baissée l’attention éclaire tous ces petits détails – déchets- et être pris de vertige face à l’ampleur de la tache.
Ramasser des petits déchets n’est pas vraiment régénérant mais lorsqu’on se relie à plus grand que soi, comme la Nature et notre planète Terre, l’action devient légère et joyeuse.

Et ils se sont donné un défi pendant leur action sur le cours de la libération…
Combien de mégots ramasse-t-on en 3 min à 5 motivés ? 212 !!

Alors imaginez si nous le faisions chaque semaine même 10 min ? C’est une action de colibris et faire prendre conscience, de chaque acte écocitoyen, sera notre plus grande victoire!

Comments Pas de commentaire »

Depuis le mois d’octobre 2021, Nouvelle Acropole Bordeaux a engagé un partenariat avec l’Ehpad Notre Dame de Bonne Espérance.

Nous sommes heureux de pouvoir rendre visite régulièrement aux Anciens et partager des moments simples
et légers.

Dans cette dynamique d’échange tous les membres de l’école de philosophie ont pratiqué le don du coeur par quelques mots apposés sur les 87 cartes de voeux que nous avons offerts ensuite aux 85 résidents, à l’équipe soignante et à la directrice de l’établissement qui tous ensemble vivent ces temps incertains.

Nous souhaitons à tous une belle année à venir !

Comments Pas de commentaire »

Ce mercredi 26 Janvier, nous nous sommes relié par l’imaginaire. Un verbe a donné le ton à cette conférence participative : Oser !

Une interprétation de la légende arthurienne nous a été offerte par les jeunes de l’association. Et voici, prenant en main l’épée du destin, que nos invités se lèvent pour déclamer leurs noms, narguer la peur et conter l’histoire héroïque qui sort tout juste de leur imagination.

Un apport théorique et de beaux échanges ont clôturer cette soirée riche en symbol et en image inspirante.

Mercredi 2 Février, la suite de l’aventure continue avec une conférence animée pour toucher davantage le sens de la mythologie et le parcours du héros.

Comments Pas de commentaire »

Dimanche 5 décembre 2021 a eu lieu la Journée Internationale du Bénévolat et des Volontaires.

Elle s’adresse à tous ceux qui souhaitent s’engager pour mener à bien une action collective et d’être acteur du changement positif dans le monde, ici et maintenant.

Comme des milliers d’associations au travers du globe portées par des valeurs de solidarité, Nouvelle Acropole, a répondu présent !

Toute l’année nous oeuvrons par la biais d’actions sociales, écologiques et humanitaires. La Journée International du Bénévolat et des Volontaires est l’opportunité de se réunir aux cœurs de ceux qui donnent d’eux-mêmes au nom de causes plus grandes que l’individualisme.
Une quinzaine de bénévoles sont allées rendre visite aux résidents de l’EHPAD Notre Dame de Bonne Espérance et le partage s’est avéré fructueux tant pour les personnes âgées que pour les participantes qui sont venues offrir des chants de Noël et d’antan. On a pu voir la joie de revivre des souvenirs d’autrefois dans les yeux des Anciens qui ont repris en cœur les paroles, bien inscrites dans les mémoires.
L’âme d’enfant n’oublie jamais, malgré les troubles de l’âge.

Une citation de Mr Saint-Exupéry avait été choisi pour accompagner cette journée : « on ne voit bien qu’avec le cœur, l’essentiel est invisible pour les yeux ».
Elle aura pris tout son sens grâce à cette chorale du cœur !

Comments Pas de commentaire »

Ce dimanche 28 novembre, un groupe de 7 volontaires est allé rendre visite aux résidants de de l’EHPAD Notre Dame de Bonne Espérance à Bordeaux quartier Arlac. Ce partenariat se pérennise et les liens humains se tissent. Force est de constater que beaucoup d’Anciens, ne reçoivent que peu ou pas du tout de visiteurs.

Nous constatons qu’il est délicat de voir son parent vieillir et être dépendant. Des fois, même, il ne nous reconnaît plus, la vie avance mais rencontrer une personne en EHPAD, c’est finalement rencontrer une partie de la vie qui nous attends, entre émerveillement, solitude, écoute et respect. Tout échange est une occasion de rencontre et d’apprentissage à celui qui veut écouter l’expérience de vie.

En témoigne le retour d’expérience de Yves, volontaire de 25 ans : « Finalement j’ai appris à rencontrer sans avoir pitié ou plaindre, chercher à comprendre et à simplement partager un moment. Je repars avec des étonnements et des interrogations. Quand je serai à leur place, comment serais-je ? Quelles habitudes aurais-je ? Arriverais-je toujours à chercher un peu de beauté dans la vie, et être de bonne humeur même si tout à l’air inerte autour ? Que voudra dire vivre bien à cet âge ? La seule certitude qui reste est que vivre veut dire que tout peut arriver. »

Satish Kumar a dit « Tu es donc je suis » pour nous rappeler l’interdépendance qui existe entre les Humains.

Comments Pas de commentaire »

8 sacs poubelle de 50 litres et 3 bouteilles pleines de mégots, c’est la « récolte » de détritus que nous avons ramassée dans les rues de Bordeaux ce dimanche 14 novembre.
Une petite équipe de neuf personnes s’est mobilisée pendant une heure dans le quartier autour de la rue Mouneyra, derrière la caserne des pompier d’Ornano, cours Maréchal Juin.
Outre la question de « nettoyer un bout de l’univers » qui nous tenait à cœur, ce petit geste a suscité d’autres questions et mis en lumière que paysage urbain et paysage intérieur se ressemblent. Est ce que notre regard sur les choses ne généreraient pas, parfois, des pollutions cachées, des flots de pensées nocives qui nous surprennent ?

L’attention aux petits choses et l’intention de les préserver ou de les corriger est ce que nous retenons de cette expérience écologique.
Et comme dit le philosophe Jorge Angel Livraga, « si chaque jour vous vainquez en vous une mauvaise tendance, c’est toute l’humanité que vous aiderez. »
Il en est de même avec ce petit geste qu’est de ramasser un mégot perdu dans le caniveau ou un papier gras abandonné…

Comments Pas de commentaire »

Nous étions environs une 15aine à Bordeaux vendredi 19 novembre à l’occasion de la JMP. Les jeunes de l’école de philosophie ont ouverts le bal. Mené par Platon lui même, les différentes écoles de philosophies ont été présentés sous forme de scénettes. Des sceptiques aux épicuriens, une belle introduction à l’art de vivre la philosophie !

Sous une forme qui bouscule les codes de la conférence, presque à la manière d’une conférence gesticulée, le conférencier a donné une conférence, debout, sur l’art de la philosophie. Une réflexion qui nous a amené à nous questionner sur la différence entre réussir dans la vie et bien vivre sa vie.

Cette conférence a été l’occasion de revisiter deux grandes philosophies qui s’opposent, ceux qui la définissent uniquement par une gymnastique de l’esprit, et ceux qui acceptent d’en faire l’expérience et d’incarner les enseignements. A l’époque de la philosophie antique, les maîtres de sagesse étaient reconnus comme des exemples vivant des enseignements qu’ils dispensent. Il paraissait impensable qu’un de ces précepteurs puisse proposer des enseignements qui soient à l’encontre de la façon dont ils vivaient. Ils enseignaient souvent dans des lieux définis, les stoïciens, sous un portique, les épicuriens dans les jardins d’Epicure, Socrate questionnait les citoyens dans l’agora. Et si les enseignements de philosophie pouvaient encore changer des vies aujourd’hui ? Ce fut le cas pour notre conférencier il y a de cela quelques années.

Cette conférence s’est ensuite terminée par un échange conviviale autour d’un toast dans le café Mouneyra.

Comments Pas de commentaire »

Conférence du 4 novembre 2021

SHAMBHALA – La voie du guerrier

« Je suis le maître de mon destin, le capitaine de mon âme » 

Une conférence intitulée « SHAMBHALA – La voie du Guerrier », s’est déroulée le jeudi 4 novembre 2021 à l’Athénée Municipal de Bordeaux, donnée par Yatha, formateur de Nouvelle Acropole de Bordeaux centre.

L’histoire commence avec Chogyam Trungpa Rinpoche qui, à la suite de l’observation des pratiques spirituelles occidentales, est amené à conceptualiser et à dénoncer un phénomène particulier : le matérialisme spirituel.

Il s’agit selon lui d’un vice affectant généralement toutes les disciplines spirituelles et qui se traduit par une « version distordue, égocentrique de la vie spirituelle »[1]. Le matérialisme spirituel est en quelque sorte une illusion dans laquelle nous pensons nous élever grâce à la spiritualité, alors qu’en réalité nous ne faisons que « renforcer notre égo[2] ». Par conséquent, en s’inspirant de la notion de cité idéale « Shambhala » et dans l’optique de permettre une réelle maîtrise et réalisation de soi, Chogyam Trungpa propose comme remède une voie, celle de la voie sacrée du guerrier.

La voie sacrée du guerrier commence tout d’abord par une prise de conscience, celle de l’existence et de la dominance de l’égo qui nous pousse à vivre dans l’illusion du paraître plutôt qu’à l’accomplissement de l’être.

Ensuite, elle nous invite à sortir de notre zone de confort, siège de nos habitudes et de notre train de vie quotidien, cet espace aux contours identifiés et de ce fait rassurant, mais aussi vide de challenges et d’aventures. Cette zone peut également être celle de la plainte, celle ou toutes les difficultés qui nous éprouvent sont si nombreuses et si injustes qu’elles viennent sournoisement légitimer notre inaction.

La voie sacrée du guerrier se traduit donc par le fait d’avoir le courage de surmonter l’inconnu, les obstacles et d’avoir la force de vivre selon des principes plus nobles. Elle nous guide sur la voie de la bienveillance et de l’héroïsme avec pour ligne de mire un double objectif : s’accomplir soi-même et œuvrer au bien commun.

Comment ? Plusieurs pistes ont été évoquées. L’introspection et l’analyse de soi afin de synchroniser l’esprit et le corps dans un ensemble harmonieux, prendre du temps pour soi afin de prendre du recul et de la hauteur sur la vie et prendre du temps pour les autres pour se relier au collectif et à l’humanité.

En définitive, la voie du guerrier est avant toute chose un mouvement constant. Un mouvement parsemé d’efforts fournis à chaque instant afin de vivre pleinement, chaque jour. Alors, qu’attendons-nous ? En avant !


[1] Chögyam Trungpa, Pratique de la voie tibétaine – Au-delà du matérialisme spirituel, Seuil, coll. « Sagesses », 1976

[2] ibid

Comments Pas de commentaire »

Le 8 octobre 2021, Nouvelle Acropole Bordeaux a célébré 20 ans de maraude dans la ville. En effet, cela fait 20 ans que les membres de l’association philosophique sillonnent les rues de la ville pour porter assistance et chaleur humaine aux sans-abris et sans domicile fixe.
Ces maraudes visent à créer une relation authentique en ouvrant le cœur pour échanger, écouter, partager avec ceux qui vivent en marge. Le café ou la soupe chaude sont des prétextes pour rentrer en contact et apporter de la considération, de la chaleur humaine indispensable à la dignité humaine.
Ce soir-là, après la rétrospective de 20 ans de photos prises dans les rues, nous sommes partis en maraude avec la soupe « maison » confectionnée avec les légumes donnés par les commerçants du quartier. Pour retrouver Reynald, Gérard, Camille … comme avant nous retrouvions Vincent, Sergio, David, Dédé, Titi ou Neuneuil. Nous avons croisé leur regard hier, aujourd’hui et nous recommencerons demain. Non pour répondre aux besoins matériels mais aux besoins de l’âme. Et simplement se voir dans le regard de l’autre.

« Avec ce que les gens me donnent, je pourrais ouvrir un supermarché. »
Il s’appelle Michel, sourire aux lèvres, l’œil profond et rieur, il est à la rue comme on est d’un pays. Comment en est-il arrivé là ? Non par choix. Mais au fil du temps, entre être et avoir, il a fini par choisir. Avoir peu de biens et pourtant être bien. Et autant que possible faire du bien. Michel, la joie, il l’émane et la transmet. Au fond, qui donne et qui reçoit ? Notre échange se prolonge. Il a raison, Michel : Dans nos villes, on ne meurt pas de faim, on meurt de froid. Le froid des cœurs … »

« Peu importe si l’on a des vêtements sales, le plus important c’est de garder le cœur ouvert. »
Gun, Letton de passage sur Bordeaux, 2003. »

Comments Pas de commentaire »

Mentions légales     Politique de confidentialité