Archive de l'auteur

Nouvelle Acropole, Conférence "Osiris et les Mystères de l'âme", Fernand Schwarz, Paris 5

Nouvelle Acropole, Conférence « Osiris et les Mystères de l’âme » Fernand Schwarz, Paris 5

Osiris, célèbre Dieu égyptien, était à l’honneur ce mois-ci Nouvelle Acropole Paris. La Conférence Osiris et les Mystères de l’âme qui a initié le cycle d’activités d’octobre a attiré près de 70 personnes. 

Osiris : La mort comme chemin d’unification

Être de transmission et de dialogue par excellence, Osiris relie les deux rives de la réalité : le monde visible des vivants et le monde invisibles des morts. Dieu éternel, Osiris nous initie à l’art de la régénération perpétuelle de la conscience. Ces différentes morts successives que nous vivons (morts symboliques, mort d’un proche, etc.) sont en réalité un  » chemin d’unification de la conscience et des éléments qui la composent ». Il s’agit d’apprendre à s’alléger intérieurement, en acceptant d’abandonner de vielles formes pour avancer…

Devenir « le cœur de la Montagne »

Dans sont corps chrysalide, le Dieu égyptien nous enseigne que « l’Invisible rend possible les métamorphoses » rappelle le conférencier et anthropologue Fernand Schwarz. De son corps embaumé, de son apparente immobilité émane en réalité une énergie puissante qui accompagne l’être humain dans ses métamorphoses.

La puissance d’Osiris réside juste ici, dans cette possibilité que propose le ralentissement du corps (par la maladie, la vieillesse, la méditation) de « creuser un espace à l’intérieur de soi » pour contacter la puissance et la densité intérieur du « cœur de la montagne ».

Comments Pas de commentaire »

Portes ouvertes à l'espace Le Moulin, Nouvelle Acropole paris 5

Portes ouvertes à Nouvelle Acropole Paris 5

Nouvelle Acropole Paris 5 fait sa rentrée dans le quartier Mouffetard ! Au programme de ces portes ouvertes 2016 : atelier de philosophie, dialogue socratique, cours de qi gong, Tai Chi et Yoga égyptien !

Quelle sagesse pour demain ? La liberté d’expression est-elle sans limite ? Voici quelques réflexions philosophiques qui ont émaillé cette journée de rentrée pour Nouvelle Acropole Paris 5. L’occasion de renouer avec les habitants du quartier, tout juste rentrés de vacances, mais aussi de faire de nouvelles rencontres avec des citoyens en quête d’activités porteuses de sens.

« Déclamation de poème place de la Contre-Escarpe »
C’est le défi artistique et philosophique que s’est lancée une jeune équipe de volontaires pour interpeler et échanger avec les habitants du quartier. Pari réussi donc, puisque les efforts conjugué de tous les volontaires ont permis la venue d’une quarantaine de personnes à nos activités. La journée s’est terminée en beauté et en surprise avec une scène ouverte faisant place à la chanteuse vénézuélienne Elvita Delgado, suivie d’Aruna, femme troubadour des temps modernes qui a créé l’événement !

Comments Pas de commentaire »

Nouvelle Acropole, conférence Helena Blavatsky et les mystères du nombre 7, Paris 5.

Nouvelle Acropole, conférence Helena Blavatsky et les mystères du nombre 7, Paris 5.

Jeudi 26 mai, Nouvelle Acropole Paris 5 a eu la joie d’accueillir plus de 90 personnes à l’occasion de sa conférence annuelle dédiée à la figure emblématique d’Helena Petrovna Blavatsky, fondatrice de la société théosophique.

Le thème de cette année : « Helena Petrovna Blavatsky, les mystères du nombre Sept dans l’homme et la nature. » Le public — venu en nombre — a pu poser ses questions à l’intervenant principal, l’anthropologue Fernand Schwarz, à l’issue de la conférence.

HPB et la clé du septénaire

De tous ses voyages, notamment en Egypte et en Inde, Helena Blavatsky a rapporté à l’Occident de très anciens enseignements sur la Connaissance de l’Homme et de ses mystères. La science anti

que des nombres, et en particulier celui du nombre 7 fait partie de ces éléments qui nous ont été transmis par celle que l’on surnomme HPB. La « clé septénaire » offre un regard profondément universel sur l’Homme et la Nature : il permet comprendre la loi d’évolution qui préside à leurs interactions, incluant la dimension spirituelle et matérielle de ce moteur du vivant.

Sur les mystères du nombre 7…

Le Sept est universel et le Septénaire est en lien avec « l’Homme-étoile », symbole de l’Homme accompli, si merveilleusement dépeint par Léonard de Vinci. HPB nous rappelle que l’organisation du cosmos même repose sur une clé septénaire ; et que cette organisation se retrouve également dans les éléments qui composent l’Homme.  S’ajuster à cette grande mélodie du vivant, à cette loi universelle est le grand combat intérieur de l’être humain. Le Nombre Sept est celui de la Nature en mouvement, en évolution. Il nous enseigne que l’humanité n’a pas fini son évolution. L’actualisation du nombre Sept et de ses principes et qualités est le grand combat intérieur que l’Homme doit mener pour devenir un Individu accompli, vivant en harmonie avec les lois de la Nature. Cet homme relié et assumant le combat intérieur, que l’on appelle « guerrier pacifique », tel est l’un des mystères dévoilés par le nombre 7 au cours de cette soirée…

Comments Pas de commentaire »

Nouvelle Acropole, Soirée autour de Khalil Gibran, Paris 5

Nouvelle Acropole, Soirée autour de Khalil Gibran, Paris 5

Une soirée sur le célèbre poète et peintre libanais Khalil Gibran a eu lieu vendredi 20 mai. A la sortie du film Le Prophète, présenté en avant-première à l’Institut du Monde Arabe à Paris, il y a quelques mois, nous avons voulu raviver le souvenir de ce grand écrivain inspiré. Des poètes, accompagnés de musique et de chants ont touché le public, ému par la beauté des textes et leur profondeur.

En effet, sous la plume de Khalil Gibran, la philosophie et la spiritualité s’allient à la poésie. Il nous délivre des messages universels et éternels sur toutes les questions et les mystères de la vie. Il donne des enseignements pour parvenir à la sagesse et à la connaissance de soi.

Une cinquantaine de personnes ont assisté à cette soirée.  La danseuse Lamia Safieddine, ambassadrice de la culture libanaise était également présente et a pu évoquer l’importance de Khalil Gibran pour la culture de la paix dans son pays.

Ce soir-là, il y eut un vrai souffle d’authenticité, de joie et d’harmonie et une rencontre entre l’Orient et l’Occident.

Comments Pas de commentaire »

« Oui, les pays ont une âme. » Qu’entend-on par âme d’un pays et quelle serait celle de la France ? C’est à ce questionnement qu’a invité l’écrivain et anthropologue Fernand Schwarz à l’occasion d’une conférence dédiée à ce beau sujet. Le parterre des quelques 60 personnes de l’assistance ont ainsi remonté le temps, des origines nourricière et mystique de l’imaginaire français, en passant par ses figures symboliques (comme la Marianne) et ses personnages historiques. De Clovis à Philippe Auguste, de Jeanne d’Arc à Charles de Gaulle, ces personnalités ont chacune à leur manière incarné l’un des quatre aspects de l’âme de la France : tantôt martiale, mystique, tantôt politique et nourricière.

Fernand Schwarz a également rappelé les différents rythmes de structuration de l’ordre social. Il y a d’abord la culture et la tradition, ces normes sociales qui mettent de 100 à 1000 ans à se mettre en place. Viennent ensuite les institutions dont la mise en place requiert entre 10 et 100 ans. Le Code Civil en est un exemple. Arrivent en troisième temps les gouvernements, dont la durée de vie s’échelonne sur 5 à 10 ans. Puis arrive enfin le marché, dont la logique et le rythme sont présidé par l’instantané. « Quand la crise touche l’économie, insiste le conférencier, c’est qu’elle a d’abord touchée les plans précédents. »

Tout pays a sa géographie visible, ses industries et ses systèmes d’organisation. Tout pays a aussi sa manière bien à lui de voir les choses, et de se forger un certain type de pensée, une histoire de ses idées. Mais chaque pays a également une âme, comme un souffle qui l’anime. Cette âme relève d’une sensibilité particulière : c’est un un monde d’émotions puissant et coloré, entremêlé de certitudes partagées qui donne la vie et crée du lien. Oui, les pays ont une âme. Quelle est-l’identité de celle de la France ?

Comments Pas de commentaire »

Nouvelle Acropole Paris 5 a accueilli le jardinier-paysagiste Lucien Dubot pour parler Écologie et permaculture. Une conférence organisée à l’initiative de l’association Les fruits de la Terre et de la Ruche qui dit Oui – Petit bain Paris 13.

La permaculture, vous connaissez ? Signifiant « agriculture permanente », la permaculture ré-adapte un ensemble de techniques agricoles ancestrales qui utilisent l’intelligence de la Nature pour augmenter et améliorer la qualité des rendements agricoles. « Guérir la terre, nourrir les Hommes », voilà comment l’on pourrait résumer la permaculture.

Dans cette vision philosophique, l’Homme est le jardinier observateur et intelligent qui amplifie et rééquilibre les cycles de dame Nature. Homme tuteur, Homme éducateur : son rôle est d’utiliser au mieux les écosystèmes pour en exprimer le potentiel.

« Les sols ne doivent jamais être à nu » a expliqué le jardinier-paysagistes Lucien Dubot à l’occasion de la conférence L’Écologie, c’est maintenant donnée à Nouvelle Acropole Paris 5. Le paillage, en effet, est l’une des règles d’or de la permaculture. Qu’il s’agisse d’herbe fraîchement coupée ou de simples feuilles mortes, le paillage vise à protéger les sols (des rayons du soleil, du ruissellement des pluies), mais également à apporter les éléments nutritifs dont il a besoin (le fameux mélange NPK : azote, phosphore, potassium).

Le conférencier a — entre autres considérations techniques — abordé les différentes qualités de paillage, du plus fin au plus grossier.

L’autre grand principe de la permaculture est la « favorisation les auxiliaires ». Bienvenus lombrics et autres insectes sympathiques ; exit les pesticides, fongicides et destructeurs de sols.  Si une plante est attaquée, on utilisera des « plantes compagnes » (tantôt comme répulsif tantôt comme appât) pour protéger la plante visée plutôt que de la gorger de pesticide. L’enjeu de la permaculture est d’enrichir et protéger la terre, pour que celle-ci livre le meilleur d’elle-même !

Prochain rendez-vous Écologie à Nouvelle Acropole Paris 5 : Que mangeons-nous vraiment ? — Une conférence de Patrick Lafoy, géobiologue.

Comments Pas de commentaire »

Nouvelle Acropole, conférence "Star Wars ou la force de la sagesse",  Paris 5

Nouvelle Acropole, conférence   « Star Wars ou la force de la sagesse »,  Paris 5

Dans toutes les traditions spirituelles, il est recommandé au disciple de ne pas se fier à une connaissance intellectuelle, à une connaissance extérieure. Ces traditions, au contraire, font mention d’un maître intérieur, source d’une sagesse profonde et authentique, animant chacun d’entre nous. Pour peu que le disciple sache l’écouter. En suivant le parcours des héros de Star Wars, Anakin et Luke Skywalker, cette conférence a mis en lumière les chemins choisis par ces deux disciples pour maîtriser la Force et devenir chevalier Jedi. Un parallèle tout à fait saisissant a été fait avec les défis de notre époque.

Comments Pas de commentaire »

 

Dans le cadre de la Journée Mondiale de la Philosophie à l’initiative de l’UNESCO, Nouvelle Acropole Paris a invité le philosophe et écrivain Bertrand Vergely autour du thème  » Les trois visages de la spiritualité aujourd’hui ».

« Venant du latin spiritus qui signifie souffle, mais aussi esprit, la spiritualité renvoie à quelque chose de vivant, dynamique, créateur. Elle trouve reflet dans ses trois visages de l’esprit que sont l’Univers, l’Homme et la Nature qui constituent une unité inséparable de l’Unité absolue. » Passionné, le philosophe normalien a partagé son enthousiasme aux quelques 220 personnes réunies à cette occasion au Théâtre Adyar à Paris. « Vous avez aimé la matière, vous avez aimé les hommes, vous adorerez l’esprit ! » a souligné Bertrand Vergely à plusieurs reprises au cours de la soirée.

Quel que soit le visage que nous prêtons à la spiritualité (la Nature, la République laïque ou Dieu), nous avons à chaque instant le choix, celui de laisser s’exprimer la Vie, celui de voir l’Esprit derrière toute chose, ou de vivre une « spiritualité au pied de la lettre », celle qu’on qualifie de fondamentaliste et dont le propre est de « tuer la vie ».

Entre la Lettre et l’Esprit, il y a un espace, celui de notre conscience, dont le champ d’action est notre existence. C’est ici que se passe le combat, et tout au long du parcours, nous avons le choix : s’enfermer dans spiritualité dogmatique et figée, quelle qu’elle soit, ou de vivre une spiritualité vivante, sans cesse renouvelée, qui cultive avant tout l’émerveillement face à la beauté de la Vie.

*

*        *

Nouvelle Acropole, Bertrand Vergely, Théâtre Adyar Paris-10

Nouvelle Acropole, Bertrand Vergely, Théâtre Adyar Paris © Kenia de Aguiar Ribeiro

Normalien agrégé de philosophie, Bertrand Vergely né en 1953 enseigne la philosophie en classe préparatoire aux grandes écoles de Khâgne classique, Hypokhâgne et en lettres supérieures à HEC. Professeur à l’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge de Paris et expert auprès de l’Association Progrès du management (APM ), il est également l’auteur de plus de 35 ouvrages dans les collections Les essentiels de Milan et La pause philo. Au rang de ses derniers livres, on citera Retour à l’émerveillement (Albin Michel) – Deviens qui tu es (Albin Michel) et La tentation de l’homme-Dieu (Le Passeur).

Comments Pas de commentaire »

Nouvelle Acropole "La paix du cœur", conférence, Paris 5

Nouvelle Acropole, « La paix du cœur », conférence, Paris 5

Pourquoi est-il si difficile d’atteindre la paix du cœur ? C’est à un voyage à travers le temps et les civilisations auquel a convié la conférencière Catherine Peythieu à l’occasion du troisième volet de la série de conférence dédiée au guerrier pacifique, intitulée « La paix du cœur », dans le centre de Nouvelle Acropole de paris 5.

« J’ai mis le cœur à l’intérieur de ton corps pour que tu puisses te rappeler » raconte un fragment tiré des Textes des Sarcophages égyptiens. En matière de cœur, il s’agit de se souvenir, explique la conférencière. Se souvenir de l’unité derrière le jeu des illusions dans lequel nous plonge la Maya, la grande déesse de l’illusion de la tradition hindoue.

Du côté de la médecine chinoise, le cœur est « l’empereur du corps humain ». Il gouverne la cohérence de cet « État » qu’est notre esprit. Si le coeur est perturbé, l’individu sera précipité dans ses décisions. Quand le cœur est paisible, le visage reflète ce calme intérieur, à l’image de ces bouddhas qui regardent l’éternité, un sourire sur les lèvres.

Dans la mythologie égyptienne, le cœur est le confluent du divin et du terrestre. Toute la vie des égyptiens découlait de cet instant fatidique appelée « psychostasie » ou pesée du cœur. Dans cette mythologie, le cœur est cet espace de rencontre entre le ciel et la Terre. Il est capable de comprendre des choses qui ne sont pas rationnelles, de réunir les opposés. « Le cœur est cette magie de la rencontre des impossibles ». Il va donner de l’amour et se nourrir d’amour.

Le coeur est le centre de la vie, c’est le rythme, les alternances : il est en rapport avec la danse de la vie. Quand le cœur cesse de battre, la vie s’échappe. Que permet la paix du coeur ? Atteindre quelque chose d’inatteignable par la raison et par les sens : l’harmonie. Comment ? En cultivant l’amour de ce qui est durable.

Plus encore que le désir et l’attachement, c’est le doute qui fait obstacle au cœur. Le doute systématique et stérile, comme tentative désespérée du petit égo pour se défendre de la sagesse. Il s’agit de « lâcher les chiens du doute, sur le doute lui-même afin » de remplacer ce doute nihiliste qui paralyse notre époque par le doute noble, celui qui questionne notre certitude d’avoir tout compris.

Comments Pas de commentaire »

Nouvelle Acropole "Vivre les contradictions", conférence de Fernand Schwarz, Paris 5

Nouvelle Acropole « Vivre les contradictions », conférence de Fernand Schwarz, Paris 5

Quelle heure est-il sur Terre ? Y fait-il chaud ou froid ? C’est par ces exemples imagés que le philosophe et anthropologue Fernand Schwarz a introduit sa conférence intitulée « Vivre les contradictions » au centre de Nouvelle Acropole de Paris 5.

« Vivre les contradictions » : pas si facile quand elles surgissent dans notre quotidien, dévoyant nos plans ou nous plongeant dans de fortes contrariétés, comme ont pu en témoigner quelques-unes des soixante-dix personnes présentes à cette soirée de conférence.

Et si, au lieu de se laisser contrarier par les contradictions, nous apprenions à les intégrer, à les regarder ? Cet exercice – cet art en fait – requiert d’oser. Oser le combat intérieur. Oser sortir du confort mental d’une logique d’exclusion : s’il est 8h00 il ne peut donc être 2h00 ! Ce ne peut être les deux. Or de la même manière qu’il est impossible de répondre à cette question « quelle heure est-il sur Terre » par la logique d’exclusion, vivre les contradictions implique d’accepter l’état paradoxal des situations que nous rencontrons quotidiennement. Accepter que la vie est paradoxe implique de sortir du confort mental de la logique binaire. Et c’est cet effort-là qui permet au guerrier pacifique de faire face à ses contradictions internes, mais aussi de cheminer entre les doutes et les peurs qui jalonnent sa vie, afin de vivre, dans la réalité du quotidien, son véritable combat intérieur .

Fernand Schwarz étudie les structures mythiques et symboliques des sociétés traditionnelles et contemporaines.

Comments Pas de commentaire »