Après la féerie de la Fête des Lumières à Lyon, le centre Nouvelle Acropole à Lyon a organisé une conférence « Le voyage philosophique du Petit Prince », une soirée vue du ciel pour regarder le monde autrement ; un temps suspendu pour se reconnecter à notre étoile.

Le temps d’une conférence menée avec profondeur et humour par le philosophe et écrivain Olivier Larrègle, le public de 55 personnes s’est laissé transporter par la magie du Petit Prince qui nous ouvre les portes du voyage intérieur.

Il est vrai qu’Antoine de Saint-Exupéry n’a rien écrit au hasard. L’architecture de son œuvre répond aux critères des épopées héroïques de toutes les traditions du monde. Nous avons ainsi pu découvrir le parcours héroïque du Petit Prince : sa préparation au voyage, la traversée et le retour. Pour marquer ces trois phases, regardez-bien les aquarelles de l’auteur. Avez-vous remarqué que le Petit Prince change d’habit trois fois ?

A l’issue de l’activité, le conférencier a dédicacé plus d’une quinzaine de son premier ouvrage Le Petit Prince, un voyage philosophique entre Ciel et Terre (Éditions Ancrages, Petites conférences philosophiques, 2019).

La conférence est disponible en podcast en accès libre sur http://nouvelle.acropole.france.buzzsprout.com/293021/2270177-le-parcours-heroique-du-petit-prince-de-st-exupery .

Comments Pas de commentaire »

Nouvelle Acropole Strasbourg, Conférence de Laura Winckler, Influence de la lune dans l’éternel féminin, décembre 2019
Nouvelle Acropole Strasbourg, Atelier pratique avec Laura Winckler, Le pouvoir de l’imagination créatrice, décembre 2019

Laura Winckler a commencé sa visite au centre Nouvelle Acropole de Strasbourg par une conférence sur la lune et son influence sur l’éternel féminin. Son propos s’est déployé sur 3 axes : astronomique, astrologique et mythologique. La lune, reflet du soleil invite au rêve et à l’imagination. C’est pourquoi, la conférencière a proposé le lendemain un atelier pratique, dans lequel une trentaine de personnes ont exploré leur propre imaginaire, afin d’en appréhender la dominante. Cette prise de conscience est importante, car plus nous nous connaissons, plus nous pouvons convoquer les images positives qui aident à façonner un monde meilleur pour demain. Se voir autrement devient une clé d’évolution.

Comments Pas de commentaire »

Nous étions 22 personnes à participer à cette soirée dédiée aux Stoïciens à Rouen. Stoïcien vient du mot Stoa qui signifie le portique, cette école porte le nom du lieu où les enseignements étaient transmis aux disciples. L’essentiel est de discerner ce qui dépend de soi ou ce qui ne dépend pas de soi. Se détacher de ce qui ne dépend pas de soi et se concentrer sur ce qui dépend de soi.

L’échange par petits groupes a permis de rendre actuel ces enseignements.

En conclusion de la soirée nous avons partagé la journée type d’un Stoïcien pour pouvoir le vivre dès le lendemain pour une mise en pratique immédiate.

Soirée animée par Fabien Duval et Hélène Carré.

Comments Pas de commentaire »

À l’occasion de la Journée mondiale de la philosophie instaurée en 2005 par l’UNESCO, l’Espace le Moulin a choisi de consacrer cette soirée du 28 novembre au Stoïcisme.

C’est Thierry Adda, directeur du centre de Nouvelle Acropole Paris V, qui a animé cette conférence très pratique en guidant les personnes présentes à travers différents exercices et méditations. La finalité consistait à s’observer pour apprendre à dépasser les contrariétés du quotidien. La conférence s’est clôturée par un échange.

Dès le IIIe siècle avant notre ère, les stoïciens s’interrogeaient : « Comment devenir meilleur en tant qu’Homme et s’accomplir en tant qu’individu ? » Leur finalité était de parvenir à l’Ataraxie, c’est à dire à l’impassibilité de l’âme quelles que soient les circonstances rencontrées.

La méthode stoïcienne s’appuie sur le fait de distinguer ce qui dépend de nous et ce qui ne dépend pas de nous. Elle nous invite à accepter la réalité telle qu’elle est. Apprendre à faire face à un évènement grâce à un travail :

  • avec la logique, sans juger ni qualifier ;
  • avec la physique, en apprenant à ne désirer que ce qui est juste ;
  • avec l’éthique, à travers la maîtrise de nos impulsions grâce à une meilleure compréhension de la nature humaine.

Cette méthode amène à percevoir les situations avec plus de clarté, de sortir de nos interprétations émotionnelles pour observer les choses dans une clé mentale. Elle permet de changer de perspective, de prendre du recul et de considérer différemment les évènements.

« Sois content si une petite chose progresse, et réfléchis au fait que ce qui résulte de cette petite chose n’est précisément pas une petite chose. »

Marc Aurèle

La philosophie stoïcienne permet de mieux assumer la réalité du monde pour pouvoir ensuite faire à sa mesure ce qu’on peut pour le changer. Elle nous invite à apprendre de nos difficultés, à grandir, à passer d’une position de victime à celle d’un individu responsable et heureux.

Afin de se recentrer sur l’essentiel, la pratique est nécessaire : celle d’un dialogue quotidien avec soi-même à l’image de celui effectué par Marc Aurèle dans ses Pensées. C’est ce dialogue qui permet de construire un espace à l’intérieur de soi, que les circonstances de peuvent heurter : une citadelle intérieure pour reprendre les mots de Pierre Hadot.

C’est ainsi que nous pourrons « ressembler au promontoire sur lequel sans cesse se brisent les vagues » Marc Aurèle.

Comments Pas de commentaire »

.

Samedi 7 novembre, Diego Burga et Jésus Aured nous ont offert un duo enflammé, échangeant à tout de rôle leurs voix et leurs instruments – guitare et accordéon – pour faire vibrer la corde sensible et se lâcher dans de puissants solos. Organisé par Nouvelle Acropole Biarritz, ce concert s’inscrit dans la campagne du Téléthon pour combattre les maladies rares

Comments Pas de commentaire »

Hier soir à l’école Nouvelle Acropole Biarritz, Benjamin Bohrani, violoniste à l’orchestre de chambre de Toulouse, a su provoquer des mouvements de notre conscience. Mais comment a t-il fait ? Tout d’abord, c’est avec son violon qu’il nous a permis, tantôt de nous élever vers les étoiles, puis de plonger au fin fond de nous même, pour enfin nous relier à toutes les personnes de la salle. Mais le plus grand voyage qu’il nous a fait faire est un voyage intérieur, à la recherche de qui nous sommes réellement. Ce ne sont pas seulement les douces mélodies du violoniste qui nous ont mises sur les chemins de l’harmonie. Non. C’est la paix profonde du conférencier, le rayonnement de celui qui, ayant rencontré l’homme intérieur, transmet, avec amour, la joie qui l’habite. Si le public était déçu que Nouvelle Acropole ne donne pas (encore) de cours de musique, il était heureux de découvrir qu’une école de philosophie peut conduire a une telle harmonie !

Comments Pas de commentaire »

Nouvelle Acropole – L’art de la tranquillité de l’âme chez les stoïciens à Paris 15

Comment être heureux aujourd’hui, dans une période troublée et incertaine ? Les Stoïciens (notamment Sénèque, Épictète et Marc-Aurèle) l’avaient déjà compris, à l’époque antique, période de troubles et de guerre. 
Pour un stoïcien, le bonheur se caractérise par la tranquillité de l’âme, un programme qui a été dévoilé à la journée mondiale de la philosophie, au centre Nouvelle Acropole de Paris 15, devant un public d’une vingtaine de personnes.
Le bonheur est un apaisement intérieur (ataraxie) qui ne découle pas des richesses , de la gloire, du désir ou de recherche de plaisirs mais d’un art de vivre consacré à la recherche du bien, d’une tranquillité de l’âme qui nous est donnée par la raison. 
Pour être heureux, il faut vivre conformément à la nature de l’univers et à sa propre nature. Cela veut dire connaître les lois de l’univers et se connaître soi-même.  
Pour être heureux, il faut mener une vie vertueuse. Cela implique de méditer sur la vertu, de se comporter avec rectitude à toutes les occasions et de se corriger pour devenir chaque jour meilleur.
Pour être heureux, il faut accorder de l’importance à ce qui dépend de nous (nos représentations, nos opinions et nos jugements sur les choses et les êtres, notre compréhension de l’ordre cosmique, notre attitude à l’égard de nos tendances naturelles, notre volonté, nos pensées…) et rester indifférent à ce qui ne dépend pas de nous (notre corps, la richesse, les honneurs, le pouvoir, ou ce qui échappe à notre contrôle et à notre volonté). 
Pour être heureux, il faut voir la réalité en face et se garder d’accorder le moindre jugement qui trouble notre objectivité.  
Le bonheur n’est donc assuré par aucune circonstance extérieure qu’elle soit corporelle, financière ou sociale.  Il dépend d’un état d’être intérieur qui nous permettra d’être heureux dans toutes les situations, les meilleures comme les pires.
Le stoïcisme exige donc une force de caractère à toute épreuve et de veiller à ce que son action soit en harmonie avec le cours du monde et avec soi-même. Une philosophie universelle pour toutes les époques où il est utile de montrer une grandeur d’âme, le courage de devenir meilleur. 
La soirée s’est continuée par des questions-réponses et un pot de l’amitié autour d’échanges philosophiques.

Comments Pas de commentaire »

L’univers est-il fini ou infini ? Pourquoi le cosmos est-il si ordonné ? Le cosmos restera-t-il toujours un mystère ? Pourquoi dire que nous sommes des poussières d’étoiles ?

Ce mardi 3 décembre Nouvelle Acropole Paris 11 a eu la joie et le privilège d’accueillir dans ses locaux de la Passerelle, un Passeur !

Questionné par Fernand Schwarz, fondateur et directeur actuel de Nouvelle Acropole en France, Trinh Xuan Thuan a su nous faire partager sa passion, son savoir, ses émerveillements et ses questionnements devant l’infiniment grand. « la Nature n’est pas muette mais elle nous fait constamment parvenir des fragments de musique et de notes éparses ». Derrière l’astrophysicien, le chercheur, le spécialiste mondialement connu et reconnu, nous avons pu rencontrer l’homme, le philosophe, dans son parcours de vie, ses intuitions, et cheminer avec lui sur le pont qui relie science et spiritualité.

« Les observatoires sont des lieux magiques où l’astronome peut communier avec le ciel et recueillir la lumière cosmique grâce aux « grands yeux » que sont les télescopes. C’est la lumière qui nous lie à l’univers » (Vertiges du Cosmos – page 11)

« … tous les développements de la Nature suivent des mouvements cycliques de va-et-vient. Ceux-ci s’appliquent non seulement aux phénomènes naturels, mais aussi aux choses de la vie. Cette croyance donne espoir, courage et persévérance dans les moments difficiles, puisqu’ils font nécessairement place à des temps meilleurs. Elle incite aussi à la prudence et à la modestie dans les périodes fastes, car le déclin n’est jamais loin. »(Vertiges du Cosmos – page 28)

Comments Pas de commentaire »

Quand la Nature libère, la rencontre d’Epicure et de Thoreau.

La conférencière nous a rappelé que le mot jardin vient du mot germanique : « gardo » : cet espace enclos où l’homme a décidé d’amener la nature proche de lui.

Le Jardin des Philosophes est   celui où l’Homme a rapproché et apprivoisé la Nature pour en faire un milieu de méditation et d’échange et  où ausis  la nature a fait grandir l’Homme. D’Epicure à Thoreau, 2000 ans d’histoire sont passés et chacun de ces philosophes a développé des sagesses qui nous inspirent encore aujourd’hui. Le premier  nous rappelle qu’il nous faut faire preuve de la raison pour accéder au bonheur, avec une maxime, issue de la pensée grecque, comme guide : « Rien de trop ».

Le second, en plein milieu de la révolution industrielle, nous disait déjà que l’industrialisation déconnectait l’homme du sens des choses et  que l’Homme et la Nature étaient fondamentalement bons.

La sobriété, le low tech, l’éloge de la lenteur sont autant de solutions actuelles face à nos défis d’aujourd’hui …un petit bol d’air frais que nous donnent Thoreau et Epicure.

Comments Pas de commentaire »

L’hiver arrive à grand pas, surtout pour ceux qui n’ont pas de toit.

D’une rencontre avec un sans-abri qui voyait venir le grand froid, est née l’opération Cœur de Soupe, une action solidaire avec et pour les sans-abris.

Ainsi, un groupe de volontaires du centre Nouvelle Acropole de Lyon a mené la danse. Après avoir récupéré des légumes bio invendus, une trentaine de bénévoles est venue préparée la soupe en toute convivialité.

Sept personnes sans-abris ont pu bénéficier de la soupe chaude, mais aussi de vêtements chauds offerts par les participants.

Comments Pas de commentaire »

Mentions légales     Politique de confidentialité