Archive d’étiquettes pour : Platon

Café Philo : faut-il avoir peur de ce qui se répète ?

Ce samedi 3 février 2024, 24 personnes sont venues débattre lors d’un café philo organisé par l’association Nouvelle Acropole du 11ème arrondissement de Paris, autour du thème : faut-il avoir peur de ce qui se répète ?

Après avoir cherché à argumenter nos idées, nous nous sommes inspirés du regard divergeant de l’autre.
Si la répétition peut enfermer dans un circuit ennuyant, elle peut aussi être un formidable outil pour accéder à un apprentissage.
La conscience qualifie le rapport que nous avons avec la répétition des choses. Dans la philosophie zen, l’habitude est alors une routine qui permet de s’élever.

A travers des échanges fluides, cet art du dialogue a permis d’élargir notre champ de vision et de nuancer pour, petit à petit, approfondir les réflexions.

Prochain RDV le samedi 2 mars à 16h : l’égalité est-elle juste ?

https://www.eventbrite.fr/e/billets-cafe-philo-legalite-est-elle-juste-805824892947?aff=oddtdtcreator

Conférence Laura Winckler « Les premiers philosophes »

Ce mercredi 18 octobre à l’Espace Le Moulin, nous avons plongé dans les origines de la philosophie occidentale, bien avant Socrate, Platon et Aristote.

A travers cette conférence qui sera suivie d’un cycle mensuel d’approfondissement (un jeudi par mois), Nouvelle Acropole a proposé à la 20aine de participants de s’abreuver à la puissance archaïque des enseignements de ces philosophes pour remettre en place les fondations d’une renaissance au cœur de notre temps.

Si nous reconnaissons que nous sommes dans un moment de confusion, de perte de valeurs, de fin d’un cycle, il ne nous reste qu’une chose à faire : recommencer à penser et réapprendre à penser depuis le début ! Ce début, pour la philosophie grecque, se situe avec les sages itinérants « les premiers philosophes » qui transmettent leur sagesse.

Imprégnés de mystère et de magie, porteurs de connaissances secrètes ou oubliées, ils posent les bases de la philosophie occidentale dont Socrate et Platon seront ensuite les figures de proue lumineuses. En partant d’une approche qui relie théorie et vécu, mais aussi intuition et raison, ils nous invitent à élargir nos horizons grâce à la devise delphique : « Connais-toi toi-même et tu connaîtras l’univers et les dieux. »

Par Laura Winckler, philosophe et co-fondatrice de Nouvelle Acropole en France.

Café Philo : peut-on nier la réalité du monde ?

Ce samedi 9 septembre 2023, 19 personnes étaient présentes pour le café-philo organisé par l’association Nouvelle Acropole République du 11ème arrondissement de Paris.

Des échanges qui ont aidés à mieux structurer notre pensée, pour nous interroger ensuite sur les différentes voies d’accès au Réel – ce qui existe en soi – et qui n’est pas forcément synonyme de la Réalité que chacun perçoit.

L’un des objectifs de la philosophie n’est-il pas justement, par le questionnement et le travail intérieur, de nous amener à prendre conscience de notre propre ignorance, premier pas incontournable sur le chemin de la Sagesse ?

Comme disait Socrate : « Je ne sais qu’une chose, c’est que je ne sais rien. »

RDV le samedi 23 septembre à 16h pour un nouveau café-philo : doit-on être autre chose que ce que l’on est ?

Café Philo : peut-on nier la réalité du monde ?

Conférence participative : De la nécessité de la philosophie en politique

Ce 8 février 2023, l’association Nouvelle Acropole du 11ème arrondissement de Paris a organisé une conférence participative autour du thème : De la nécessité de la philosophie en politique.

De Confucius à Platon, de Simone Weil à Hannah Arendt, des échanges autour de la liberté, des besoins de l’âme, des biens métaphysiques, du rôle de l’éducation et de la politique comme art d’harmoniser les contraires et les différentes cordes d’un même instrument, d’une même unité, en passant de l’intérêt particulier à l’intérêt collectif, qui nous relie tous.

Café Philo : faut-il oublier le passé pour construire l’avenir ?

Ce jeudi 12 janvier 2023, 23 personnes sont venues débattre lors d’un café-philo organisé par l’association Nouvelle Acropole du 11ème arrondissement de Paris.

Des échanges animés nous ont permis de débattre collectivement autour de différentes questions : quelle relation avons-nous à notre passé et dans quelle mesure celui-ci contribue-t-il à construire notre identité ? Comment se situe-t-on dans le temps et quelle importance de pouvoir le faire ? Quels enjeux liés au passé, aux récits collectifs et quels exemples dans l’actualité ? Quel lien entre le passé et l’avenir ?

La pensée orientale définit par exemple l’instant comme vivant et résultant d’une combinaison des trois temporalités « passé, présent, futur » réunies ensemble.

Nous nous sommes aussi interrogés sur l’oubli et la mémoire, et leur fonction respective. Les deux ont leur raison d’être et sont utilisés quotidiennement, consciemment ou inconsciemment. Mais en vue de quelle finalité ? Et comment en faire bon usage ?

Comme toujours lors d’un café-philo, nous sommes repartis avec un autre regard et surtout de nouvelles questions…

RDV le samedi 21 janvier 2023 à 16h pour le prochain café-philo : L’universel s’oppose-t-il au particulier ? (26 rue de Crussol – 75011 Paris).

Simone Weil (1909-1943), philosophe de l’essentiel,

A Mortagne-au-Perche

C’est à Mortagne-au-Perche, ville du célèbre philosophe Alain qu’a eu lieu cette conférence sur Simone Weil qui a été l’élève de l’excellent professeur de philosophie au Lycée Henri IV à Paris.

Alain avait une grande admiration pour la jeune fille si douée. Sur une copie de Simone Weil, on peut lire l’annotation suivante d’Alain: « une puissance d’esprit rare ». Simone Weil respectait également son professeur qui lui a donné le goût de l’écriture, de la pensée. Lorsqu’on se penche sur la vie de Simone Weil, on découvre une héroïne de la pensée et de l’action. Dans sa courte vie, elle n’a eu de cesse que d’allier la théorie à la pratique et a mené vaillamment de nombreux combats en faveur des opprimés: des chômeurs, des victimes du fascisme. Elle a mené des investigations sur les religions d’Orient et d’Occident. Lorsqu’elle a rejoint les forces de la Résistance à Londres, elle a été missionnée pour rédiger les bases d’une nouvelle constitution pour la France. L’ouvrage , l’Enracinement, reprend les grandes idées sur les causes du déracinement actuel, sur les besoins de l’âme, et particulièrement, celui essentiel de l’enracinement. Albert Camus, grand admirateur de la philosophe, considérait qu’elle était le plus grand penseur du XXème siècle. Pour lui, la France et l’Europe, pour leur reconstruction et leur renaissance après la guerre, auront besoin des apports précieux de Simone Weil.

30 personnes ont assisté à la conférence à Mortagne-au-Perche

Conférence _ La voie de la conscience

Ce mardi 15 février, le président de Nouvelle Acropole France, Thierry Adda a donné une belle conférence sur la philosophie pour sortir de l’illusion.

La philosophie est un art de vivre reliant la tête, le coeur, les mains, avec pour base la quête de la vérité. Grâce au travail de réflexion et d’amélioration de soi, elle permet de transformer les belles idées en actions concrètes, dignes et généreuses. La finalité est de devenir un acteur conscient du monde ici et maintenant.

Thierry Adda et la voie de la conscience

Le « Printemps » de Botticelli et les métamorphoses de l’âme

Le fameux tableau « Le Printemps » de Botticelli, tout comme son autre chef d’œuvre « La naissance de Vénus », est bien plus qu’une mise en valeur de la beauté du printemps et de la nature… C’est une allégorie mythologique et philosophique qui nous montre les transformations de l’âme humaine !

L’objectif de cette conférence estivale, animée par Marion Jaumes et Théo Pistone, a été de croiser les regards entre l’art et la philosophie pour comprendre la symbolique de ce tableau. 

Le tableau symbolise le chemin de l’âme vers le divin : l’entrée de l’âme dans le jardin du monde et son chemin de perfectionnement, de la voie de l’amour sensible (Vénus Pandemos) à celle de l’amour universel (Vénus Ourania) qui conduit à la contemplation des vérités éternelles.

Ainsi se dessinent les trois pas essentiels dans la métamorphose de l’âme du philosophe, l’amoureux de la sagesse, qui, éveillé par la Beauté, doit faire l’unité en lui pour atteindre les vérités célestes.

Pour en savoir plus sur la symbolique du tableau : http://isabelle.ohmann.over-blog.com/article-les-metamorphoses-de-l-ame-dans-le-printemps-de-botticelli-40165320.html

Pourquoi préférons nous le déni de la réalité à la réalité?

Nouvelle Acropole Strasbourg a organisé un café philo sur le thème « Pourquoi préférons-nous le déni de la réalité à la réalité ? »

La salle était pleine et le débat d’une haute qualité ! À partir des interventions très riches des participants, se sont dégagées des questions complexes : 

Qu’est ce que la réalité ? Depuis la  réalité sensible, l’expérience individuelle, la vision du monde, en suivant Platon, nous sommes arrivés à la prééminence de l’idée qui crée la réalité.

Qu’est ce que le déni ? Pourquoi le déni ? Venant de l’opposition de points de vue, du refus du changement, du besoin de sécurité, le déni nous enferme en nous-mêmes, dans notre zone de confort. Nous réagissons avec nos émotions, nos opinions et nos habitudes plutôt que de rechercher la vérité.

Quelles clés pour y remédier ? L’échange par le dialogue, la confrontation des idées, l’acceptation de la pensée de l’autre, de notre ignorance, la curiosité, la recherche. Cela demande du courage et de l’énergie pour faire face à l’autre et sortir de nos représentations, prendre conscience du bénéfice à changer de paradigme, dépasser nos émotions, ce qui peut amener à la résilience. Développer la méditation, la connaissance de soi, modifie notre regard et nous aide à accepter la réalité pour la changer et parvenir à une pensée élargie, plus consciente, abandonner nos certitudes, acquérir d’autres convictions, devenir plus humble et responsable.

Qu’est-ce qui provoque ce courage ? Pour Platon, la conscience du manque est le départ de la quête du chercheur de vérité et de sagesse. S’intéresser à ce qui est beau et bien va développer notre enthousiasme et nous aider à nous élever, car là où va notre attention va notre énergie. La réalité c’est aussi ce que nous construisons, c’est une direction. Nous voir autres par l’imagination et la concentration nous permet de devenir ce que nous voulons être. La réalité se crée à l’intérieur de soi avant le changement extérieur. Le pouvoir de l’imagination nous permet de dépasser notre zone de confort et nos habitudes pour atteindre notre zone d’éveil.

De Platon à Matrix : Être acteur de sa vie

Après le succès de son café philo sur Pourquoi préférons nous le déni de la réalité à la réalité ?, Nouvelle Acropole Strasbourg a organisé une conférence mettant en parallèle le film Matrix et l’allégorie de la caverne de Platon. Une belle soirée qui a su intéresser les Strasbourgeois(es) avec plus de cinquante personnes présentes, prêtes à se questionner sur son rapport au réel. « Sommes-nous bien conscients de la réalité ? » « Les conditionnements que nous avons développés altèrent-ils cette perception? » « Quelle est l’origine de ces conditionnements ? »

La soirée a débuté par l’extrait de Matrix où Morpheus propose à Neo le choix entre la pilule rouge lui permettant de voir la matrice telle qu’elle est vraiment et la pilule bleue qui le laisserait dans l’illusion que ce qu’il vit est réel alors qu’il ne s’agit que de la matrice. Ensuite, un passage de l’allégorie de la caverne a été lu et commenté montrant les similitudes avec le film Matrix. S’en est suivi un échange questions/réponses où chacun a pu se prononcer sur diverses questions telles que : « De quoi sommes nous prisonniers ? Que serait la caverne ou la matrice aujourd’hui ? Qui sont les maîtres de la caverne ? La soirée s’est clôturée sur un travail en petit groupe de 8 à 10 personnes avec la fameuse question : « Et toi  tu choisis quoi ? » en expliquant pourquoi. Cela engendrant bien évidemment d’autres questions comme « Et qu’est ce que cela implique dans ta vie? »

En résumé, une soirée riche en interaction qui a amené chacun à réfléchir sur sa propre vie : En suis-je toujours l’acteur ou m’arrive t- il d’en être simple spectateur ? Et quels sont les freins qui m’empêchent de prendre ma vie en main ? Des clés de réponse se trouvent certainement dans les perles de Sagesses venues d’Orient et d’Occident. Rendez vous est donc pris pour en savoir plus lors du premier atelier de philosophie pratique. Même heure, même lieu, dans une semaine…