Posts Tagged “mythe et symbole”

Les membres de l’Ecole de Philosophie pratique Nouvelle Acropole à Lyon relèvent un défi héroïque : concevoir et réaliser une série de 14 podcasts sur la lecture symbolique et philosophique de l’Odyssée d’Homère.

Pourquoi une école de philosophie s’immerge dans l’univers des mythes, dans le sillage d’un héros qui forge notre imaginaire depuis le VIIIe siècle avant notre ère?

Les mythes ne sont pas des légendes ou des récits infantiles, mais se révèlent des constructions puissantes qui renferment un enseignement de vie et de sagesse ; ils s’adressent à notre être le plus profond, à notre âme.
Ainsi partir à la découverte de l’Odyssée d’Ulysse, c’est le suivre dans son parcours individuel de dépassements et de transformation de soi, dans un véritable voyage initiatique où le héros confronté à la rancune des dieux, aux monstres, et à des peuples étrangers hostiles, va pouvoir retrouver son identité, rétablir l‘harmonie en lui mais aussi hors de lui, dans sa patrie d’origine, Ithaque.
Ulysse, c’est le modèle du héros inspirateur, vainqueur de lui-même ; c’est aussi un homme perpétuellement en devenir qui accueille toutes les épreuves et les événements avec curiosité, qui affronte son destin avec intelligence et volonté.
Ce voyage nous fait entrer en résonance avec notre propre vie à construire. Homère s’adresse ainsi à chacun de nous afin que nous osions partir à notre propre conquête pour devenir qui nous sommes.

Les membres de l’école de philosophie Nouvelle Acropole Lyon vous invite donc à suivre ce parcours initiatique au gré de 14 épisodes narrant cette aventure à portée universelle et intemporelle.

Les podcasts sont disponibles gratuitement sur buzzsprout (voir liens ci-dessous), deezer, spotify, ITunes et google podcast.

Episode 1 : Prologue

Episode 2 : Les Kikônes

Episode 3 : Les Lotophages

Episode 4 : Les Cyclopes

Episode 5 : L’Ile d’Éole

Episode 6 : Les Lestrygons

Episode 7 : La magicienne Circé

Merci aux membres participants de Nouvelle Acropole Lyon, à Victor Bérard pour sa traduction poétique de l’Odyssée et pour son intuition du parcours maritime d’Ulysse, à Sylvain Tesson pour son regard inspiré et inspirant et à Brigitte Boudon pour son travail.

Musique originale groupe Méluz ©. Scénario de Virginie Dujour. Réalisation Didier Carrié.
© Association Lyonnaise Nouvelle Acropole – septembre 2020

Comments Pas de commentaire »

Fernand Schwarz, philosophe et anthropologue, spécialiste de l’étude des mythes et symboles des sociétés traditionnelles et modernes, a donné à Strasbourg, à l’Auberge de jeunesse du jardin des Deux Rives, une conférence sur le thème Spiritualité et Réincarnation dans l’Égypte ancienne, en présence de 80 personnes.

Mourir un peu chaque jour pour renaître au lendemainest une thématique d’actualité en ces temps mouvementés de la Transition. Transition sociétale, transition écologique, transition spirituelle…, il est nécessaire de s’adapter, de se transformer, d’imaginer de nouvelles solutions et de nouveaux possibles.

Fernand Schwarz nous a invités à faire un lien entre notre situation moderne et le principe de réincarnation qui était au cœur de la métaphysique en Égypte ancienne. Là-bas, en ces temps reculés, la mort ne menait pas au néant, mais permettait à la conscience humaine de passer par différents états pour renaître sous une autre forme. Le conférencier a insisté sur l’idée que dans cette vision du monde, il n’y a pas de dissociation entre le plan matériel (la substance) et le plan spirituel (celui de l’esprit) ; chacun ayant besoin de l’autre pour se manifester. Le corps physique, corruptible, était rendu inaltérable après la mort par le processus de la momification. Les autres composantes de son être, notamment l’esprit sur un plan plus subtil, poursuivaient le parcours de la conscience, tel un pèlerin passant du visible à l’invisible, et changeant de forme en chemin. 

La « pesée de l’âme » (psychostasie ou mesure des « bonnes ou mauvaises » actions accomplies dans la vie terrestre) assurait le passage de la vie terrestre à la vie céleste. En fonction de sa propre inclination et de son degré d’attachement à la destinée terrestre, l’âme continuait son parcours vers la libération ou vers une nouvelle génération de vie, sur Terre, selon le principe de réincarnation.

Toute la société égyptienne ancienne, du rôle du Pharaon,  à la formation des prêtres responsables des rites initiatiques, du panthéon, symboles, canons de la statuaire et de l’architecture, jusqu’au Nil que les Égyptiens voyaient comme un axe conduisant les hommes de la terre vers le ciel, était structurée sur le principe de cyclicité et renaissance.

La symbolique de l’Égypte ancienne et ses rituels se sont poursuivis – fait remarquable – pendant des siècles et des siècles ; puis ils se sont évanouis mais ils sont parvenus jusqu’à nous grâce aux textes retrouvés par les archéologues (Livre des MortsTextes des pyramidesLivre de la Respiration..) et grâce à des témoins tels Hérodote, historien et géographe grec – Vesiècle avant J.-C. ou plus proche de notre époque, Gaston Maspero, égyptologue et écrivain français du XIXsiècle.

Aujourd’hui, L’Égypte peut se réfléter en nous dans notre posture intérieure. Quotidiennement, nous pouvons choisir de placer notre conscience dans les supports du désir et du contentement, ou dans des supports plus subtils de nous-mêmes. Nous pouvons mourir et renaître dès lors qu’une prise de conscience nous fait franchir une étape, une porte. À chaque seuil franchi, notre esprit et notre âme supérieure deviennent plus clairs et se manifestent plus souvent. « La conscience humaine est traversée par l’idée d’une perpétuelle renaissance des choses et d’une permanente mutation. Se dépasser, c’est quitter la latence des choses pour acquérir un pouvoir réel sur Soi » ; c’est « oser l’inconnu, tout en restant centré ».

Conférence « Spiritualité et réincarnation dans l’Egypte ancienne « par Fernand Schwarz Octobre 2020 Nouvelle Acropole Strasbourg

Comments Pas de commentaire »

Mentions légales     Politique de confidentialité