Posts Tagged “Jacqueline Kelen”

A l’occasion de la Journée Mondiale de la Philosophie promue par l’UNESCO, le centre Nouvelle Acropole Lyon a invité l’écrivain renommée Jacqueline Kelen pour animer une journée d’étude autour de son dernier livre Le Jardin des Vertus (2019) avec les deux ateliers suivants :

  • Le matin : Sans vie morale, est-on vraiment humain ?
    Platon et Aristote ont nommé et étudié les quatre piliers qui édifient un être humain digne, responsable, harmonieux, tendant vers le souverain Bien. Ce sont les quatre vertus majeures : Force, Prudence, Tempérance, Justice. Elles sont universelles et intemporelles. Pourquoi, de nos jours, croit-on pouvoir s’en dispenser ?
  • L’après-midi : Vivre est un haut combat.
    Ce combat désigne un engagement personnel au service d’un idéal et il requiert courage et volonté, foi, patience et persévérance. Parmi les mythes et les textes sacrés, ont été évoqués le parcours héroïque de Thésée, d’Héraclès, d’Antigone, et la lutte de Jacob avec l’Ange. La philosophie a également été présentée comme combat avec les exemples de Socrate, Péguy et Simone Weil

Un public de 35 personnes a assisté aux activités.
Jacqueline Kelen a publié une quarantaine de livres, dont l’Eternel masculin, L’esprit de solitude, Divine blessure, La puissance du cœur. Elle a ainsi pu dédicacer une vingtaine de livres lors de cette journée.

Pour faire face aux défis du monde à venir, les thématiques abordées sont au cœur de cette réflexion : vie morale, dignité, responsabilité, volonté, liberté, maîtrise de soi, courage, etc.
« Les hommes ne trouvent dans leur berceau ni la noblesse du cœur, ni la sainteté, ni le génie ; ils doivent donc les acquérir. » André Malraux

Comments Pas de commentaire »

A LA RENCONTRE DES HEROS  PAR  JACQUELINE  KELEN

Jacqueline Kelen, écrivain d’une trentaine d’ouvrage et productrice à France Culture, nous a fait la joie de sa venue, pour rencontrer le public bordelais et parler des mythes.

Qu’ont en commun l’Odyssée d’Homère, les récits de Sinbad le marin, la Bhagavad Gîta, l’épopée de Gilgamesh ? Ce sont des mythes -des récits existant depuis l’aube de l’humanité.

Pourquoi le mythe ? Parce que son contenu est symbolique et métaphorique. Il est un langage plus direct et atemporel pour parler à l’âme humaine plutôt qu’au travers d’un discours rationnel. Les mythes font le pont entre le visible et l’invisible, les hommes et les dieux, le temporel et l’intemporel en contant les aventures et les épreuves d’un personnage en quête qui va jusqu’à risquer son confort, ses acquis et sa vie.

On parle du héros, de celui qui nous montre que l’existence est un combat. La vie est une aventure pour révéler en nous des potentiels latents que nous ne serions pas allés chercher sans les épreuves que ce voyage suscite. Car en effet le héros n’a pas de supers pouvoirs, il a juste ce qu’il a actualisé par son effort d’arrachement, qu’il est allé chercher lui-même.

Les mythes nous enseignent que le but de la vie et la finalité de la quête sont de découvrir notre grandeur par le risque et parfois le sacrifice ultime comme celui de ce gendarme -Arnaud Beltrame- qui a fait ce qu’il pensait juste.

Si nous perdons le sens du sacré et de la transcendance, les mythes ne résonnent plus et deviennent des petites histoires pour distraire ou endormir, alors que leur mystère réside dans ce qu’ils réveillent chez nous.

Comments Pas de commentaire »

Mentions légales     Politique de confidentialité