Posts Tagged “amour”

Bertrand Vergely, célèbre philosophe et auteur de plus de 40 ouvrages est venu à Nouvelle Acropole Strasbourg pour parler de la vulnérabilité dans le cadre du festival « Nuit de la Philosophie ».

Le paradoxe de la vulnérabilité, faiblesse apparente mais aussi force invisible positive a suscité l’intérêt de plus d’une soixantaine de personnes présentes lors de cette soirée.

Le conférencier a ainsi commencé en expliquant que l’ouverture au plus grand que nous, nous permet de relier l’existence concrète et la puissance de l’être. En nous faisant ouvrir les yeux chaque jour davantage, la philosophie nous fait vivre davantage et nous mène vers une expérience méditative.

La vulnérabilité peut être dangereuse si on ne sait pas se défendre mais elle est aussi touchante, comme un petit oiseau d’une innocence infinie. Etre dépourvu de force peut donc être une force, comme la toute puissance de la tendresse. La vulnérabilité peut être une faille dans notre système de défense, mais pour se défendre il faut parfois arrêter de se défendre, en laissant entrer et résonner la sensibilité en nous. La légèreté, l’attention peuvent nous permettre d’éviter les agressions, comme nous l’enseignent les arts martiaux.

La vulnérabilité merveilleuse est la vie qui vit en nous et nous porte par les 4 aspects du vivant : l’autoconservation qui active le gardien, l’autoréparation qui fait vivre le médecin en nous, l’autorégulation qui éveille le sage et l’autoprogrammation qui fait vivre l’homme libre et créateur.Nous avons en nous tout ce qu’il faut pour bien vivre et produire du positif. La plus belle manière de lutter contre le mal est d’apporter du Bien et d’oublier le mal.

Entrer dans la vulnérabilité apporte la vie, la sensibilité, la liberté, la prise de conscience de notre manque d’unité. Les philosophes anciens parlaient de s’unifier en allant du multiple à l’Un, en harmonisant nos forces intérieures, car la division produit la peur. En se connaissant soi-même, on n’a plus peur, on sait qui on est. L’amour peut être la peur d’aimer, un besoin d’être aimé, la peur de donner, mais l’amour est la réponse.

Socrate dans le Gorgias nous dit que les tyrans sont esclaves de leurs passions et se font passer pour des sauveurs. Il y a en nous un mélange de dureté et de faiblesse : les démonstrations de force masquent la faiblesse intérieure, trop de gentillesse, de fausse humanité  cachent parfois une dureté intérieure. Il faut faire le ménage des pulsions.

En conclusion, la philosophie peut restaurer une haute idée de l’humanité et des humains, et nous mener à vivre unifiés.

Comments Pas de commentaire »

L’amour, qu’est-ce que l’amour ? C’est une grande question de société à laquelle plus d’un est sensible.

C’est sur le thème « Aimer rend-il faible ? » que l’association Nouvelle Acropole Lyon a réalisé un café philo avec une douzaine de participants ce jeudi 5 mai 2022.

Avec des échanges en profondeur, faisant émerger des questionnements sincères, les participants en sont ressortis enrichis. Par exemple, Jennifer témoigne : « J’ai retenu que même si l’amour Eros pouvait révéler des faiblesses, si nous arrivons à les dépasser, l’amour devient alors une force. »

Les café-philo sont organisés mensuellement, tous les 1ers jeudis du mois. Le prochain aura lieu le jeudi 2 juin à 18h sur le thème : « Peut-on se passer des autres ? ».

Comments Pas de commentaire »


Organisées par le Centre national du livre sur proposition du ministère de la Culture

Les Nuits de la lecture, organisées par le Centre national du livre sur proposition du ministère de la Culture, ont pu être célébrées à l’Espace Le Moulin le 22 janvier 2022.

Ces Nuits de la lecture sont plus que jamais nécessaires pour réaffirmer, la place essentielle du livre et de la lecture dans nos vies. Ce samedi 22 / 01 au travers de 2 ateliers nous avons invité les parisiens à renouer avec la lecture !
Au menu
14H : L’âme et l’imaginaire_ lecture pour sortir de la crise
16h : Café littéraire
18h : Apéro musical 

Une 6e édition avec pour thème : « Aimons toujours ! Aimons encore ! »

Comments Pas de commentaire »

Le fameux tableau « Le Printemps » de Botticelli, tout comme son autre chef d’œuvre « La naissance de Vénus », est bien plus qu’une mise en valeur de la beauté du printemps et de la nature… C’est une allégorie mythologique et philosophique qui nous montre les transformations de l’âme humaine !

L’objectif de cette conférence estivale, animée par Marion Jaumes et Théo Pistone, a été de croiser les regards entre l’art et la philosophie pour comprendre la symbolique de ce tableau. 

Le tableau symbolise le chemin de l’âme vers le divin : l’entrée de l’âme dans le jardin du monde et son chemin de perfectionnement, de la voie de l’amour sensible (Vénus Pandemos) à celle de l’amour universel (Vénus Ourania) qui conduit à la contemplation des vérités éternelles.

Ainsi se dessinent les trois pas essentiels dans la métamorphose de l’âme du philosophe, l’amoureux de la sagesse, qui, éveillé par la Beauté, doit faire l’unité en lui pour atteindre les vérités célestes.

Pour en savoir plus sur la symbolique du tableau : http://isabelle.ohmann.over-blog.com/article-les-metamorphoses-de-l-ame-dans-le-printemps-de-botticelli-40165320.html

Comments Pas de commentaire »

Le 25 avril dernier, nous étions une cinquantaine de personnes à l’Athénée municipale de Bordeaux venues à la rencontre de la pensée d’Elisabeth Kübler Ross pour partager le regard qu’elle a porté sur la mort.

De sa naissance prématurée en tant que triplet elle retient que l’amour d’une mère ou d’un être cher peut faire la différence entre la vie et la mort.

Puis, mise en isolement pour une maladie infectieuse, elle comprend la nécessité de développer une vie intérieure pour supporter les épreuves. Elle se souvient, avec la mort de plusieurs personnes de son village, du rôle central de la communauté pour accompagner les malades et leur famille.

Enfin, pendant la seconde guerre mondiale, elle prend conscience de sa mission d’accompagner l’humanité et établit en Pologne un centre de soin où elle travaille comme « dame-docteur » sans avoir aucun diplôme mais avec une profonde volonté de soigner.

Par sa croissance, au sens où elle devient pleinement elle-même et pleinement humaine, elle nous montre comment la vie nous amène des épreuves qui nous permettent de grandir. Et la mort est la dernière et la plus grande épreuve. La mort nous fait prendre conscience de notre finitude et nous lance un sérieux défi : mener une vie signifiante et pleine d’amour.

Comments Pas de commentaire »

Cinquième volet, à Nouvelle Acropole Paris 11,  des conférences sur la figure du guerrier pacifique à travers les civilisations et les âges. La soirée, orchestrée par Lionel Nosjean, était parsemée d’évocations littéraires, poétiques, philosophiques et musicales. Le public a été mis à  contribution pour mener une réflexion par petits groupes. Il en est ressorti de véritables pépites de sagesse et une bonne humeur collective. Qu’a-t-on retenu ? Sur la voie du juste, le guerrier doit porter attention au réel, avec acceptation. S’accorder à la fois intérieurement et extérieurement à l’indicible, tout en acceptant le réel et en constatant les désaccords. Il n’a jamais fini, n’est jamais arrivé à sa destination. Il s’agit d’être plutôt que faire. Trouver son centre, s’aligner, avec présence et authenticité. Atteindre, sans chercher à l’atteindre, un équilibre, tout en étant dans un mouvement perpétuel de déséquilibre. Tout cela pour rayonner ; être pour, plutôt que contre. Aimer, en somme…

Petit moment de réflexion avant les échanges

Petit moment de réflexion avant les échanges

Conférence sur la voie du juste à Nouvelle Acropole Paris 11

Conférence sur la voie du juste à Nouvelle Acropole Paris 11

Comments Pas de commentaire »

Rencontre indispensable organisée par l’association Nouvelle Acropole de Strasbourg avant la sortie de l’épisode VII de Star Wars pour chercher à mieux saisir, au-delà du film, la portée mythique et symbolique de cette épopée transgénérationnelle ! Laura Winkler, philosophe et écrivain, spécialiste des mythes et de la pensée symbolique Jungienne nous a invité à en découvrir quelques clefs.  Qu’est-ce que la force ? qu’est-ce que le Bien, qu’est-ce que le Mal ? Pourquoi Dark Vador se laisse-t-il tenter par le côté obscur de la Force et pourquoi devient-il cet homme machine qui a perdu toute humanité ? Qui sont Yoda et les Jedi ? Et quelle est cette sagesse qui les conduit à se mettre au service du bien commun et de l’harmonie du monde ?

Ces questions et bien d’autres furent l’opportunité de découvrir l’atemporalité de ces personnages et de leurs aventures qui, en fonction des époques et des civilisations, ont porté d’autres noms mais répondent aux mêmes archétypes. L’un des messages à percevoir pour notre temps, c’est que la technicité et la matérialité ne nous sauveront pas des enjeux qui sont les nôtres aujourd’hui si nous ne nous réussissons pas individuellement et collectivement à nous réconcilier avec les lois du Vivant. Luke Sky Walker « la lumière qui marche dans le ciel », plutôt que d’essayer d’anéantir son père, réussira, grâce à l’Amour et à sa force intérieure, à le ramener dans la juste voie permettant de retrouver l’équilibre dans la force.

La jeunesse d’aujourd’hui n’est elle pas face aux même enjeux vis-à-vis de la génération précédente  qui, aveuglée par le matérialiste, a bafoué l’équilibre de la Nature ?

Yoda et Obi Wan Kenobi furent les Maîtres du jeune Luke. La jeunesse d’aujourd’hui recherche également désespérément des Maîtres, des exemples, des leaders pour construire un monde nouveau et meilleur, plus éthique, plus solidaire, plus responsable, plus fraternel.

Prochainement, nous nous invitons donc à découvrir l’épisode 2 de notre saga philosophique « La force de la sagesse et le maître intérieur », animé par Fernand Schwarz, fondateur de Nouvelle Acropole France, auteur de plusieurs ouvrages en lien avec ce thème (La sagesse de Socrate, Le sacré camouflé..)

Comments Pas de commentaire »

Conférence Assumer le réel Rouen Novembre 2015

Nouvelle Acropole, Conférence  » Assumer le réel » par Thierry Adda à Rouen

Thierry Adda, directeur du Centre de Nouvelle Acropole à Bordeaux, est venu au centre Nouvelle Acropole de Rouen pour une conférence sur le thème « Le guerrier pacifique, assumer le réel ». Devant un public venu nombreux, le conférencier a commencé par rappeler que le véritable combat est à l’intérieur de soi car qui veut la paix, doit pouvoir se vaincre lui-même et assumer ses propres contradictions. Cela suppose donc d’apprendre à se voir sans concession, à accepter ce qu’il est réellement, et à trouver une forme de vie adaptée pour exprimer le meilleur de lui-même. Ce chemin intérieur est un véritable processus pour apprendre à se maîtriser et nécessite de développer le courage. Il comporte trois étapes : sortir de l’illusion en commençant par changer son propre regard, assumer la responsabilité de ses choix et de ses actes, en sortant de la victimisation pour revenir enfin, transformé et agissant dans son environnement proche. Chaque épreuve, chaque expérience, devient donc une opportunité d’évoluer, de dépasser ses propres impuissances (tomber et se relever) et de faire naître en soi de nouvelles qualités, sans perdre du regard notre finalité. Il est important de bien choisir nos objectifs par la pratique du discernement, car nos choix en disent long sur qui nous sommes. Nous devons agir avec vigilance, persévérance, sans être influencés par les circonstances extérieures. Ce chemin de transformation est donc un mouvement qui naît de l’intérieur de soi pour changer notre forme extérieure et nos actions. C’est en sortant de notre zone de confort psychologique et mental, de nos habitudes, que  nous pourrons laisser s’exprimer la volonté, l’amour et l’intelligence afin d’aller vers l’autre et vers l’inconnu, pour construire ensemble une société plus juste. La philosophie est une voie de transformation intérieure à vivre au quotidien, pour le bien de tous.

Comments Pas de commentaire »

Activité Nouvelle Acropole
Nouvelle Acropole, spectacle « Le Banquet » par Paris 5

Dans le cadre de la Journée Mondiale de la philosophie, l’association Nouvelle Acropole Paris 5 a organisé une soirée sur le thème du Banquet. Une conférence a présenté ce célèbre dialogue de Platon autour de l’amour, mettant en scène des intervenants qui tentent, autour de Socrate, une définition de ce sujet si universel. Mais qu’est-ce que l’amour ? Socrate en appelle à Diotime pour définir l’amour dans sa dimension la plus complète embrassant la dimension spirituelle de l’homme. Cette conférence a été suivie d’une animation théâtrale réalisée par la compagnie amateur  «Le Moulin à paroles». Le public venu nombreux, a pu découvrir ou redécouvrir cette œuvre dont l’influence s’exerce toujours sur la pensée occidentale.

Comments Pas de commentaire »

C’est à cette question qu’a tenté de répondre l’Atelier Théâtre de l’Espace Le Moulin, à Nouvelle Acropole Paris 5, devant un public venu nombreux, par la bouche des protagonistes du Banquet de Platon, dialoguant sur la question, et en dernier lieu Socrate, qu’ils interrogent, mais qui prétend « ne rien savoir de l’amour ». De même qu’il y a deux Aphrodite, la populaire et la céleste, il y a deux Amours : celui qui s’intéresse aux corps (inconstant) et celui qui s’intéresse à l’âme (durable), l’Amour céleste attirant les âmes vers le Beau et le Bon. N’oublions pas qu’un genre de l’espèce humaine primitive était l’androgyne et que Zeus, outré de l’orgueil de cet être double, décida de le diviser en deux. C’est ainsi que chacun ayant la nostalgie de sa partie manquante, a le désir irrépressible, insufflé par Eros, de la retrouver par l’union.

Comments Pas de commentaire »

Mentions légales     Politique de confidentialité