Une cinquantaine de personnes se sentant comme beaucoup  concernées par le thème de la colère, ont assisté à la conférence de vendredi 24 mai à l’Espace Mouneyra.

Chacun de nous veut être en paix mais celle-ci a souvent pour entrave la colère qui emporte toute raison et contrôle. Pourtant il y a une manière d’apprendre à la comprendre en faisant son diagnostic, une fois la tempête passée. Prendre conscience de la pollution intérieure et extérieure qui est générée par cette colère est un bon début. Interroger les inquiétudes qui se cachent derrière celle-ci. Savoir que la colère est une plainte maquillée de victime qui se sent bafouée. La colère est souvent fille de la peur.

Puis agir : si je veux la paix, je dois faire la guerre à ce démon comme saint Georges avec son dragon. Le guerrier pacifique peut rire de sa colère comme on sait rire de la colère d’un personnage de comédie quand on est spectateur. Le combat contre  la colère est une bataille qui se prépare avant qu’elle ne survienne.

Pour clôturer la conférence, un échange participatif s’est organisé en groupe pour investiguer sur ce que la colère peut nous apprendre. Nous en avons tiré un riche enseignement sur le sens qui se cache derrière nos émotions et comment les transformer en expérience positive.

C’est le combat que mène le guerrier pacifique que nous avons tous à l’intérieur de soi.

Le verre de l’amitié a clos la soirée, et des encas ont été servis à ceux qui voulaient prolonger l’échange.

Répondre


Mentions légales     Politique de confidentialité