Archives pour 24 octobre 2020

La nature est-elle puissante ou fragile ? – Mais de quelle nature parle-t-on ? Il semble que la puissance et la fragilité des règnes de la nature fonctionnent en sens inversés. Plus on s’approche du minéral, plus la force physique est grande. L’homme a l’illusion d’avoir acquis un pouvoir sans limite sur la nature, mais sa technologie ne peut rien contre un fleuve en crue, ni contre l’inexorable montée des océans… En revanche, le minéral est fragile spirituellement, car mécanique, inconscient. L’homme quant à lui est fragile physiquement, mais fort spirituellement. Ou, du moins, il pourrait l’être s’il assumait son rôle au sein de la nature. Quel rôle ? – Celui de mettre son intelligence et sa liberté, non au service de son propre confort, mais de l’harmonie universelle. Pour cela, il existe un mot : le sacré. Une œuvre sacré, c’est une œuvre humaine qui manifeste l’ordre harmonieux du ciel sur la terre. Le sacré, c’est donner un sens aux choses au-delà de leur aspect utilitaire. Il devient de plus en plus évident aujourd’hui que l’avenir de notre monde ne reposera pas sur la technologie, qu’elle soit polluante ou « verte », car c’est la croissance de notre industrie elle-même qui perturbe aujourd’hui l’harmonie du vivant. Si nous voulons avancer dans une démarche de sobriété volontaire, nous avons tout intérêt à nous interroger sur cette question du sacré, pour la réactualiser, lui donner un sens profond. Le sacré n’est pas un dogme, mais une posture face au monde qui permet de considérer la nature autrement que comme un objet. Croître, encore et encore, c’est le défi d’une plante, d’une légume, mais pas d’un homme. Nous devons urgemment  nous remettre en question et assumer notre rôle pour rétablir autour de nous l’harmonie – cette puissance spirituelle qui magnifie les puissances de la nature.

Comments Pas de commentaire »

Mentions légales     Politique de confidentialité