Posts Tagged “Allégorie de la caverne”

De la célèbre « allégorie de la caverne » de Platon jusqu’au film Matrix, le défi nous est proposé est de nous libérer de nos conditionnements pour réaliser nos aspirations profondes. Ceci demande un choix intérieur de la part de chacun. Comme dirait Morpheus à Néo (dans Matrix) : « Choisis la pilule bleue et tout s’arrête, après tu pourra faire de beaux rêves et penser ce que tu veux. Choisis la pilule rouge, tu restes au pays des merveilles et on descend avec le lapin blanc au fond du gouffre. »

Et vous, que choisissez-vous ? Le choix d’une vie sans questionnement et de fausse quiétude, ou bien le choix de réaliser vos rêves au-delà des faux-semblants ?

C’est autour de ce choix intérieur qu’Anne-Marie Magri et Benjamin Borhani, formateurs en philosophie pratique à Nouvelle Acropole Toulouse, on animé la soirée. A travers les échanges en petits groupes, nous nous sommes rendus compte que nos conditionnements d’êtres humains ont souvent les mêmes causes : peurs, doutes, recherche de confort, etc. Comme disait Platon, la première vertu du philosophe qui aspire à se libérer de ses opinions est le courage. Courage de penser par soi-même, courage de marcher à contre courant, ou encore courage d’agir pour les autres et pour une cause qui nous dépasse. La philosophie pratique nous invite ainsi à cheminer entre destin et liberté, car ce sont nos choix qui disent qui nous sommes… alors deviens qui tu es !

«  Là où vos talents et les besoins du monde se rencontrent, là se trouve votre vocation. » Aristote

Comments Pas de commentaire »

Nouvelle Acropole, Journee mondiale led la philosophie 2015, "Voir les yeux fermés" à Bordeaux

Nouvelle Acropole, Journee mondiale led la philosophie 2015, « Voir les yeux fermés » à Bordeaux

Un groupe de jeunes étudiants de Nouvelle Acropole Bordeaux a organisé la Journée Mondiale de la Philosophie. Cette journée, décrétée par l’UNESCO, était cette année, sous la dédicace de la Lumière. La thématique choisie était « voir les yeux fermés », ou comment lumière et obscurité ne sont pas que des phénomènes physiques…mais aussi des états intérieurs.

Le premier acte s’est joué dans la rue où les passants ont été invités à tirer des phrases philosophiques accrochées aux baleines de parapluies arc en ciel, initiative légère mais profonde pour inviter chacun à la réflexion, dans ce moment tragique si proche des attentats qui ont endeuillés la France.

Le deuxième acte s’est déroulé le soir dans les locaux de l’Espace Mouneyra qui accueillait l’activité de Nouvelle Acropole. Autour d’un pot de bienvenue et de fraternité, une exposition photographique sur le thème de la lumière attendait les visiteurs, ou comment capter par l’image les fulgurances de la lumière dans notre quotidien.

Ensuite la soirée a commencé en faisant une belle place aux artistes qui débutèrent par une interprétation théâtrale, issue du scénario du film «  La belle verte », dans une scène étonnante où personne ne veut plus aller sur Terre « tellement les terriens sont décevants », puis ce fut Platon, remis au goût du jour avec une évocation de l’allégorie de la caverne, associée à une improvisation sur une tablette numérique. Platon aurait-il apprécié cette magie numérique ? Nul ne sait mais les yeux ont brillé. Après le numérique, ce fut le tour d’un jeune talent qui improvisa, pinceau en main, sur un splendide texte de Jacques Lusseyran, philosophe, aveugle et sage, aux paroles lumineuses.

Puis, théâtre, danse moderne, lectures de textes philosophiques et un dialogue socratique sur le thème de « Peut-on faire confiance à l’Homme ? » se succédèrent tout au long de la soirée. Enfin ce fut le bouquet final, avec le piano et une improvisation sur le thème «  Qui a volé mon feu ? », dans un remix du vol du feu par Prométhée, pour clore cette étonnante soirée de partage. Un vrai feu d’artifice pour partager ce qui fait l’humain en l’homme, la fraternité.

Comments Pas de commentaire »

Mentions légales     Politique de confidentialité