Posts Tagged “spiritualité”

Nouvelle Acropole Activité

Nouvelle Acropole, Lyon, conférence « Sagesse toltèque et initiation chevaleresque »

Une conférence d’Adeline ALBOU intitulée « sagesse toltèque et initiation chevaleresque » s’est tenue à l’école de philosophie Nouvelle Acropole de Lyon, en présence de nombreux participants.
La conférencière s’est inspirée du livre « les quatre accords toltèques » de Miguel RUIZ, qui constitue un code moral qui s’appuie sur quatre enseignements :
1) Notre parole doit être impeccable. Il ne faut dire que ce qu’on pense vraiment et le mettre en pratique.
2) Quoi qu’il arrive autour de soi, il ne faut pas en faire une affaire personnelle. Il faut se préoccuper de ce qui dépend de nous et pas de ce qui dépend de facteurs extérieurs à nous.
3) Il ne faut pas faire de suppositions, notamment par rapport aux pensées des autres.
4) Il faut toujours faire de son mieux, quoi qu’il arrive.
Les Toltèques ont vécu au Mexique de 850 à 1250 après Jésus-Christ.
La sagesse toltèque s’appelait toltequaiop. L’idéal des Toltèques était de relier le ciel et la terre, et cherchait à se détacher du matériel pour aller vers le spirituel.
Le kalmekak était une école de formation des guerriers qui recherchaient leur âme et leur identité.
Ces guerriers avaient deux armes : les fleurs, associées à la beauté, et le chant, associé à la sagesse.
Chaque chevalier devait livrer un combat intérieur, contre ses défauts, ses peurs, le plaisir et le confort. Cette lutte contre soi-même était représentée par le dieu Jaguar.
Les chevaliers cherchaient le détachement dans l’action et pas les fruits de l’action ; ils avaient un code d’honneur et respectaient la parole donnée.
Après une conférence de 45 minutes, des exercices pratiques ont permis aux participants de mettre à l’épreuve les enseignements des quatre accords toltèques et un débriefing d’un quart d’heure a permis à chacun d’exprimer ce que la conférence et les exercices lui avaient apporté, de définir ses objectifs ainsi que les qualités à développer pour les atteindre.

Comments Pas de commentaire »

Nouvelle Acropole, Conférence Soufisme d' Ouzbékistan, Paris 11

Nouvelle Acropole, Conférence Soufisme d’Ouzbékistan, Paris 11.

Nouvelle Acropole Paris 11 a été ravie d’accueillir un public très nombreux pour cette activité mémorable et passionnante. à l’initiative de Denis Marquet, et en sa présence ; avec Ikhtiyor Nurullaev, guide inspiré en Ouzbékistan, grand connaisseur et pratiquant du soufisme de l’école Naqshbandi, ouvert à toutes les spiritualités du monde. Il nous a présenté son merveilleux pays et sa spiritualité traditionnelle vivante ; et Davlat Toshev, peintre miniaturiste soufi, maître d’une pratique artistique traditionnelle impliquant l’alliance de la perfection du geste et de l’intégration spirituelle.

Nouvelle Acropole, Conférence Soufisme d' Ouzbékistan, Paris 11

Ikhtiyor Nurullaev et Denis Marquet.

 

L’Ouzbékistan est surnommé la Suisse de l’Asie centrale, par ses richesses en pétrole, en gaz et uranium. Une prospérité intérieure se dégage de la population très accueillante et empreinte d’une grande tolérance et ouverture d’esprit.

Nouvelle Acropole, Conférence, Soufisme d'Ouzbékistan, peinture de Davlat Toshev, Paris 11

Peinture de Davlat Toshev.

 

 

 

Le  soufisme de la voie Naqshbandi propose une spiritualité de l’état amoureux, dans laquelle le pratiquant est de tout coeur avec son Bien-aimé, la divinité qui  est en lui et hors de lui. Il pratique la méditation silencieuse, le dhikr du cœur,  dans le respect de toutes les religions qui permettent à l’individu de s’élever à ce qu’il est de meilleur. Et, par la contemplation, il perçoit que la beauté extérieure n’est que le reflet de la beauté intérieure et que dans chacun de nos désirs, il y a l’infini. C’est donc à une approche spirituelle de l’intégration du désir qu’invite ce soufisme, et non au renoncement ni à l’ascèse stérile.

 

 

Comments Pas de commentaire »

Nouvelle Acropole, Diffusion du film "En quête de sens" à Bordeaux

Nouvelle Acropole, Diffusion du film « En quête de sens » à Bordeaux

Après un début de vie professionnelle sur les chapeaux de roues, genre cadre dynamique impliqué dans une multinationale et chargé de vendre de l’eau aux Etats Unis comme un produit de luxe, Marc de La Menardière rentre en rupture avec le modèle consumériste et décide de voyager avec Nathanaël Coste, son ami d’enfance pour rencontrer des chercheurs de vérité. Le film « En quête de sens », est le résultat de leur prise de conscience sur l’état du monde, et ceux qui changent déjà, le monde. « Deviens le changement que tu veux voir dans le monde » Gandhi qui l’a dit, mais là, cela devient vivant, car les réalisateurs ont rencontrés des personnes ordinaires qui font des choses extraordinaires, des banques de semences, de l’agro-écologie, des rituels chamaniques, de la méditation, La pratique, cela change tout… pas de blabla… des choix et des faits. La finalité : se reconnecter, se re-connaître, faire naître un autre monde. Nous ne sommes pas des hommes matériels qui vivent une expérience spirituelle mais des consciences qui ont besoin d’une expérience matérielle pour évoluer et grandir …Voilà le programme ! Faire naître une nouvelle civilisation, en pensant le réel autrement. Les anciennes croyances s’effondrent, mais le futur et l’avenir sont déjà là. C’est une bonne nouvelle ! Ils étaient nombreux, très nombreux, vendredi soir à la diffusion du film, on a réussi à pousser les murs, et ça, c’est la deuxième bonne nouvelle ! Merci pour cette très belle activité donné par l’association Nouvelle Acropole de Bordeaux à l’Espace Mouneyra. La salle était complète ! Plus de 80 personnes se sont donné rendez-vous pour reprendre une bouffé d’espoir. La projection du film à été suivit d’échanges riches qui vont germain dans le cœur des participants.

Comments Pas de commentaire »

Nouvelle Acropole conférence en quête de sens à Rouen

Nouvelle Acropole, conférence sur le film « En quête de sens » à Rouen

L’école de philosophie de Nouvelle Acropole de Rouen a organisé une soirée de présentation et d’échanges autour du film citoyen et participatif, En quête de sens, de Nathanael Coste et Marc de la Ménardière. Quand dix ans après, les deux amis se retrouvent, ils constatent que leurs trajectoires les ont éloignés. L’un fait des films, l’autre travaille dans la vente et le marketing. C’est un accident de Marc qui est le point de départ de cette réflexion et de cette quête qui les poussent à comprendre les causes de nos crises actuelles. De voyages en rencontres authentiques sur trois continents, d’épreuves et de doutes, mais aussi de beaucoup de moment de joie, ils nous invitent à reconsidérer notre rapport à la nature, au bonheur et au sens de la vie. Avec les entretiens d’Anand Joshi, Vandana Shiva, Satish Kumar, Frédéric Lenoir, Pierre Rabhi, Trinh Xuan Thuan entre autres, ce film est une quête initiatique, une arme de construction massive, qui montre que nous devons aller d’un monde de compétition vers un monde de coopération entre les peuples et avec la nature. À voir, revoir et partager sans modération.

Comments Pas de commentaire »

Nouvelle Acropole, visite guidée pour des étudiants du centre de Rouen, le « Mystères d’Osiris » à l’Institut du monde arabe à ParisNouvelle Acropole Rouen a organisé pour ses étudiants du groupe de symbolisme la visite de l’exposition « Osiris et les Mystères engloutis d’Egypte » à l’Institut du Monde Arabe à Paris. Des équipes de l’Institut Européen d’Archéologie Sous-Marine (IEASM), dirigée par Franck Goddio, ont mis à jour des merveilles de l’antiquité, statues, stèles et objets de culte, immergés depuis plus de 2.000 ans, au large de la baie d’Aboukir, à l’ouest du delta du Nil.  Mais cette exposition a surtout mis en lumière les Mystères d’Osiris, tels qu’ils étaient pratiqués et célébrés en Basse Egypte à cette époque. Ce Dieu civilisateur, dont le meurtre perpétré par son frère Seth, avant de renaitre grâce aux pouvoirs magiques de son épouse Isis, et la naissance posthume de son fils Horus, est un des mythes fondateurs de l’Egypte. Les Mystères d’Osiris étaient célébrés annuellement dans toute l’Egypte, pour commémorer, faire revivre et  perpétuer ce mythe de mort et de renaissance, par les différentes formes d’Osiris Sokar ou végétant. Ces dix-neuf jours de célébrations, qui se terminaient par une procession nautique vers l’Ouest, du Temple d’Amon Géreb à celui de Canope, permettaient au Pharaon de réactiver le cycle des crues du Nil et de la vie. Une exposition magnifique pour clore ce cycle d’étude où la philosophie a été imprégnée de magie.

Comments Pas de commentaire »

Nouvelle Acropole, Conférence "masculin/féminin" par Laura Winckler à Rouen

Nouvelle Acropole, Conférence « masculin/féminin » par Laura Winckler à Rouen

Nouvelle Acropole a reçu à Rouen,  Laura Winckler, philosophe et écrivain, pour une conférence sur les archétypes masculin et féminin, selon la théorie de Carl Gustav Jung. Se connaître et rencontrer l’autre en soi, c’est assumer cette double polarité en chacun de nous. Avec générosité, simplicité et poésie, la conférencière a expliqué les concepts d’anima, la part de féminité en l’homme et d’animus, la part masculine logée au cœur de la femme et comment avoir un sentiment de complétude, cette quête d’harmonie étant achevée. Pour ce faire, il est essentiel de bien comprendre ce qui caractérise ces polarités et quelles sont leurs ombres. Nous composons notre personnalité avec notre conscient, la part visible de nous-mêmes, mais Jung nous parle aussi de notre part d’inconscient, composé de plusieurs strates. Cette partie potentielle de nous-mêmes est beaucoup plus vaste. Allez jusqu’au cœur du Soi est un grand voyage. Tout être humain cherche dans sa vie à se réaliser comme une totalité d’être. Nous avons tous cette nostalgie. Et c’est ce chemin d’âme que la conférencière, grande spécialiste de Jung, a expliqué devant un public nombreux et émerveillé devant la vision de l’un des pères de la psychanalyse.

Comments Pas de commentaire »

Dans l’amphithéatre de la cité mondiale plein à craquer, c’est à une bien étrange expérience que nous a convié Bertrand Vergely, philosophe et auteur de nombreux ouvrages, – notamment de philosophie -, celle de voir avec les yeux de l’esprit.

Voir avec les yeux de l’esprit, c’est aller de l’expérience de la sensation à la conscience de la sensation, dans un va-et-vient permanent et dynamique, qui mène à l’expérience du mystère du grand Vivant. Bertrand Vergely détient cette capacité rare d’être entièrement son sujet.

Vivre, vivre avec un grand V, voilà l’objet et le sujet. L’homme qui sait, qui est. Lui-même. Constamment disponible pour s’émerveiller, s’étonner de la beauté de la Vie.

Découvrir ou redécouvrir ainsi la spiritualité avec les yeux de l’émerveillement, est pour le philosophe en herbe que nous sommes, l’opportunité de faire de l’éthique un hymne à la joie de vivre, d’exister, de faire totalement l’expérience de notre existence et de prendre conscience du grand Tout. C’est ainsi seulement que l’homme est dans son devoir, devoir d’être, qui seul le rends utile, aux autres comme à lui-même.

La spiritualité à laquelle nous convie Bertrand Vergely est toute entière simplicité. Mais elle est aussi humour, regard décalé et nécessaire pour tromper la platitude et la vulgarité d’une existence sans conscience. Le chemin spirituel est celui qui conduit à la plénitude, à l’essentiel. Cette vie lumineuse, heureuse, joyeuse, se construit au fil de nos jours par une méditation qui nous invite à rentrer dans le silence, le vide, pour réintégrer le cosmos, l’éternité. Nous ne sommes pas de ce monde, nous avons juste la mission d’accomplir avec joie, confiance notre devenir d’humain, avec amour aussi et par-dessus tout. Enfin, la spiritualité est beauté, infini impalpable présent dans une peinture, qui tout à coup fait irruption dans notre réel. Bertrand Vergely touche ainsi à sa manière au mystère de l’âme, et nous conduit à cet espace dans lequel vit l’essentiel, la transcendance, face à un réel qui trop souvent nous aveugle. C’est une invitation à voir comme un enfant innocent, à ouvrir notre regard sur un réel, plus réel que le réel, pour y retrouver la profondeur et la conscience de notre filiation céleste. Une seconde naissance en quelque sorte. La vraie, celle que nous permet le regard de l’esprit.

Comments Pas de commentaire »

 

Dans le cadre de la Journée Mondiale de la Philosophie à l’initiative de l’UNESCO, Nouvelle Acropole Paris a invité le philosophe et écrivain Bertrand Vergely autour du thème  » Les trois visages de la spiritualité aujourd’hui ».

« Venant du latin spiritus qui signifie souffle, mais aussi esprit, la spiritualité renvoie à quelque chose de vivant, dynamique, créateur. Elle trouve reflet dans ses trois visages de l’esprit que sont l’Univers, l’Homme et la Nature qui constituent une unité inséparable de l’Unité absolue. » Passionné, le philosophe normalien a partagé son enthousiasme aux quelques 220 personnes réunies à cette occasion au Théâtre Adyar à Paris. « Vous avez aimé la matière, vous avez aimé les hommes, vous adorerez l’esprit ! » a souligné Bertrand Vergely à plusieurs reprises au cours de la soirée.

Quel que soit le visage que nous prêtons à la spiritualité (la Nature, la République laïque ou Dieu), nous avons à chaque instant le choix, celui de laisser s’exprimer la Vie, celui de voir l’Esprit derrière toute chose, ou de vivre une « spiritualité au pied de la lettre », celle qu’on qualifie de fondamentaliste et dont le propre est de « tuer la vie ».

Entre la Lettre et l’Esprit, il y a un espace, celui de notre conscience, dont le champ d’action est notre existence. C’est ici que se passe le combat, et tout au long du parcours, nous avons le choix : s’enfermer dans spiritualité dogmatique et figée, quelle qu’elle soit, ou de vivre une spiritualité vivante, sans cesse renouvelée, qui cultive avant tout l’émerveillement face à la beauté de la Vie.

*

*        *

Nouvelle Acropole, Bertrand Vergely, Théâtre Adyar Paris-10

Nouvelle Acropole, Bertrand Vergely, Théâtre Adyar Paris © Kenia de Aguiar Ribeiro

Normalien agrégé de philosophie, Bertrand Vergely né en 1953 enseigne la philosophie en classe préparatoire aux grandes écoles de Khâgne classique, Hypokhâgne et en lettres supérieures à HEC. Professeur à l’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge de Paris et expert auprès de l’Association Progrès du management (APM ), il est également l’auteur de plus de 35 ouvrages dans les collections Les essentiels de Milan et La pause philo. Au rang de ses derniers livres, on citera Retour à l’émerveillement (Albin Michel) – Deviens qui tu es (Albin Michel) et La tentation de l’homme-Dieu (Le Passeur).

Comments Pas de commentaire »

Nouvelle Acropole "La paix du cœur", conférence, Paris 5

Nouvelle Acropole, « La paix du cœur », conférence, Paris 5

Pourquoi est-il si difficile d’atteindre la paix du cœur ? C’est à un voyage à travers le temps et les civilisations auquel a convié la conférencière Catherine Peythieu à l’occasion du troisième volet de la série de conférence dédiée au guerrier pacifique, intitulée « La paix du cœur », dans le centre de Nouvelle Acropole de paris 5.

« J’ai mis le cœur à l’intérieur de ton corps pour que tu puisses te rappeler » raconte un fragment tiré des Textes des Sarcophages égyptiens. En matière de cœur, il s’agit de se souvenir, explique la conférencière. Se souvenir de l’unité derrière le jeu des illusions dans lequel nous plonge la Maya, la grande déesse de l’illusion de la tradition hindoue.

Du côté de la médecine chinoise, le cœur est « l’empereur du corps humain ». Il gouverne la cohérence de cet « État » qu’est notre esprit. Si le coeur est perturbé, l’individu sera précipité dans ses décisions. Quand le cœur est paisible, le visage reflète ce calme intérieur, à l’image de ces bouddhas qui regardent l’éternité, un sourire sur les lèvres.

Dans la mythologie égyptienne, le cœur est le confluent du divin et du terrestre. Toute la vie des égyptiens découlait de cet instant fatidique appelée « psychostasie » ou pesée du cœur. Dans cette mythologie, le cœur est cet espace de rencontre entre le ciel et la Terre. Il est capable de comprendre des choses qui ne sont pas rationnelles, de réunir les opposés. « Le cœur est cette magie de la rencontre des impossibles ». Il va donner de l’amour et se nourrir d’amour.

Le coeur est le centre de la vie, c’est le rythme, les alternances : il est en rapport avec la danse de la vie. Quand le cœur cesse de battre, la vie s’échappe. Que permet la paix du coeur ? Atteindre quelque chose d’inatteignable par la raison et par les sens : l’harmonie. Comment ? En cultivant l’amour de ce qui est durable.

Plus encore que le désir et l’attachement, c’est le doute qui fait obstacle au cœur. Le doute systématique et stérile, comme tentative désespérée du petit égo pour se défendre de la sagesse. Il s’agit de « lâcher les chiens du doute, sur le doute lui-même afin » de remplacer ce doute nihiliste qui paralyse notre époque par le doute noble, celui qui questionne notre certitude d’avoir tout compris.

Comments Pas de commentaire »

Nouvelle Acropole, conférence "HPB & les maîtres de Sagesse" par Fernand Schwarz, Paris 5

Nouvelle Acropole, conférence « HPB et les maîtres de Sagesse » par Fernand Schwarz, Paris 5

Anthropologie, spécialiste de la philosophie, des civilisations anciennes et écrivain, Fernand Schwarz a animé une conférence sur Helena Petrovna Blavatsky (H.P.P.) au centre Nouvelle Acropole de Paris 5. Énigmatique, brillante, hors norme : Helena Petrovna Blavatsky a fait sept fois le tour de la Terre. Voyages au cours desquels elle a pu entrer en contact avec différents « maîtres de sagesse ». Tibet, Inde, Égypte, ou Amérique : elle a révélé l’existence de ces êtres à part alors que le monde du XIXe faisait sa « révolution industrielle ». Portant un message d’intériorité à contre-courant de son époque, elle a provoqué un fort impact sur les intellectuels et penseurs de son temps. Loin des représentations fantasmées, H.P.B. a porté jusqu’à nous l’enseignement de ces maîtres dont le nom se perd dans les âges : le discipulat et l’initiation comme voies de transformation…

Comments Pas de commentaire »