Archives pour la catégorie “Culture”

Nouvelles des activités culturelles de Nouvelle Acropole France

Conférence « Les 3 visages du Guerrier Pacifique » – Nouvelle Acropole Toulouse

Olivier Larrègle, directeur d’ANABAB (Association Nouvelle Acropole Bayonne-Anglet-Biarritz) a tenu une conférence à Nouvelle Acropole Toulouse le 13 janvier dernier autour du thème du Guerrier Pacifique. Le Guerrier Pacifique est celui qui, à travers un parcours initiatique, réussit à concilier les tensions entre l’intériorité et les aspects extérieurs ou utilitaires de son existence. À ce titre, il incarne un archétype qui traverse les âges et les cultures. S’appuyant sur les exemples d’Arjuna et de Thésée, Olivier Larrègle situe le début du parcours du Guerrier Pacifique dans un moment de crise ou de remise en question généralement symbolisé sous forme d’épreuves. Celles-ci vont permettre au Guerrier Pacifique d’éveiller des qualités fondamentales et de découvrir son véritable Être, c’est à dire la part de divin qui sommeille en lui. Vient ensuite la phase du retour qui permet au Guerrier Pacifique de partager la lumière dont il est désormais porteur avec la société, afin de contribuer à l’élévation spirituelle de celle-ci. Ce parcours demande au Guerrier Pacifique d’assumer trois visages : le Guerrier « vainqueur de lui-même », le Guerrier « libérateur des autres » et le Guerrier « constructeur de civilisation ».

Voir l’article « La formation du Guerrier Pacifique » : http://www.nouvelle-acropole.fr/ressources/articles/1472-la-formation-du-guerrier-pacifique

Comments Pas de commentaire »

Nouvelle Acropole, Projection du Film "La philo vagabonde" à Bordeaux

Nouvelle Acropole, Projection du Film « La philo vagabonde » à Bordeaux

En cet épisode de frimas, une trentaine de personnes sont venues se réchauffer à l’Espace Mouneyra de Bordeaux pour la projection du documentaire sur le philosophe baroudeur Alain Guyard.

Celui-ci se déplace à travers la France pour diffuser une philosophie buissonnière, non conventionnelle où les Platon, Spinoza et autres Nietzsche deviennent accessibles, plus humains.

En ces temps où « tout fout le camp » et où la philo vague abonde, Alain Guyard déterre la philosophie des carcans normatifs de l’enseignement actuel où le travail de philosopher se réduit à la recherche de l’obtention d’une bonne note à un examen.

Il se rend dans des milieux aussi divers que le monde rural, les prisons, les hôpitaux psychiatriques à la rencontre du philosophe qui sommeille en chacun de nous. Ce néo-philosophe retrouve les racines de l’enseignement de la sagesse lorsque celui-ci se pratiquait dans la rue car, pour les Anciens, la philosophie n’était pas affaire de dissertation écrite et ne s’entendait que par le passage à l’action dans la conduite de sa vie.

En exhortant son auditoire à rechercher du sens, en les mettant en état de penser par eux-mêmes, il nous parle de la joie et de l’émerveillement à découvrir les choses simples qu’on négligeait, croyant les connaître. Loin de dénaturer les concepts philosophiques en les mettant à notre portée, il nous décomplexe par sa manière de nous faire comprendre des choses compliquées avec des images et des formules grâce à sa parole fleurie de bonimenteur qui va à l’essentiel.

À notre époque où les paradigmes anciens sont bouleversés, le film «  La Philo Vagabonde » nous remue dans nos entrailles car enfin !, la philosophie sortie de ses oripeaux intellectuels s’adresse à nous, l’homme de la rue, et elle nous est restituée.

« Faire » de la philosophie redevient un acte politique qui nous engage à sortir de de la Caverne. Une réponse à la superficialité de la société de consommation par la subversion de la philosophie !

Comments Pas de commentaire »

Une introduction inattendue mais totalement adéquate nous a été offerte avant la conférence par 4 couples, 4 styles de danse et une heureuse harmonie des rythmes ont mis en évidence une réalité, il y a des âges de la vie, et des polarités, et elles ne se vivent pas de la même manière au quand nous sortons de l’adolescence pour progresser vers la maturité. Comme le Yin et le Yang, au-delà des archétypes rien n’est statique ni figé. La conférence a permis de montrer comment C G Jung figure majeure de 20ème siècle a mis en lumière autour des polarités masculines et féminines en chacun tout le jeu subtil des attirances, répulsions, du chaos et du retour à l’unité. Nous sommes ainsi amenés à partir du moi, égo conscient, toujours présent et puissant, pour revenir à notre centre, notre soi profond où réside notre essence. Pour y parvenir il nous faudra accepter d’aller à la rencontre de l’ombre, de nos failles, manquements, et les assumer pour parvenir avec davantage de clarté au centre de nous-mêmes. Le travail est donc d’accepter de mourir à nos illusions pour répondre à l’appel de la Vie, et s’unir aux forces primordiales de l’Eros. Ainsi une nouvelle manière de vivre dans un rapport harmonieux au monde est possible, dans la paix de la réconciliation des contraires.

 

Comments Pas de commentaire »

L’histoire n’est pas linéaire, et nous sommes dans une phase de transition. Les citoyens, la jeunesse en particulier, doivent changer leur regard sur le monde et relever de nouveaux défis, impensables pour les générations passées, car cette expérience à venir n’a jamais été vécue par l’humanité. C’est pourquoi l’association rouennaise Nouvelle Acropole a organisé une conférence sur la quête du Héros, animée par Laura Winckler, philosophe et écrivain, spécialiste en mythologie et symbolisme. Pour affronter les difficultés, il faut des repères stables et une posture intérieure solide. Œuvrer pour un monde où chacun trouverait sa place, un monde de solidarité et de fraternité, tourné vers le bien commun est la voie ancestrale du Héros, guerrier pour la paix, car il a commencé sa quête par sa propre transformation intérieure. Apprendre à croire en soi, passer par les étapes initiatiques imposées par sa voix intérieure, développer peu à peu son potentiel, est la voie qui nous permettra, ensemble, de vivre la liberté de notre propre destin, dans une vision de coopération et non de compétition. Vivre plus sobrement mais avec enthousiasme, avec des racines plantées dans le ciel et dans la terre, en étant au service de la communauté, telle est la quête du Héros. Avec des idées fortes, des mots simples, un cœur ouvert et beaucoup d’humour, Laura Winckler a conquis son auditoire qui s’est senti capable de relever tous les défis. Une belle soirée philosophique.

Comments Pas de commentaire »

Chaque année, tous les troisièmes Jeudi de Novembre, l’UNESCO organise « La Journée Mondiale de la Philosophie ». Nouvelle Acropole, a donc animé une soirée de conférence et de débat, pendant laquelle trois interventions se sont succédées et ont été l’occasion de nombreux échanges. Une présentation du contexte historique en Grèce au IV siècle avant notre ère, avec les vies et pensées de Platon et d’Aristote, puis sur le Bonheur et ses constituants, ainsi que la vision de l’amitié philosophique, le degré le plus élevé selon Aristote. Devant une nombreuse assemblée, ces différents thèmes ont démontré la profondeur abyssale de la pensée de ces deux grands piliers de la philosophie, leur faculté à faire naitre le dialogue pour élever la conscience, leur complémentarité ainsi que leur profonde actualité. La philosophie peut donc apporter une réponse essentielle pour apprendre à penser par soi-même, en se confrontant aux idées. Mais nul n’y parvient valablement qu’en s’appuyant d’abord sur la pensée des grands philosophes du passé. La philosophie n’est pas seulement une aventure, elle est aussi un travail, qui ne va pas sans efforts, sans lectures, mais elle rend libre, de penser et de vivre sa propre vie, une nécessité dans l’actualité d’aujourd’hui.

Comments Pas de commentaire »

Nouvelle Acropole, conférence "La magie entre le visible et l'invisible" Olivier Larrègle à Lyon

Nouvelle Acropole, conférence « La magie entre le visible et l’invisible » Olivier Larrègle à Lyon

L’école de philosophie pratique, Nouvelle Acropole Lyon, a organisé une conférence autour de la magie. Olivier Larrègle, directeur de l’école de Biarritz, magicien mais avant tout philosophe, a enchanté un public de plus de 70 personnes, en lui donnant des clés pour retrouver la capacité à s’émerveiller dans la vie et… avec quelques tours de magie !

Magie vient du mot perse magus et désigne le sage, l’homme de sagesse. La magie est donc une formation de soi pour aller vers la sagesse.

Fort de son expérience, le conférencier a pu faire découvrir les trois mondes de la magie : la magie pour retrouver son âme d’enfant, la magie pour se reconnecter aux archétypes du Bien, du Beau, du Vrai et du Juste et se transformer, et la magie cérémonielle.

La première va perturber nos sens et si on se laisse émerveiller en lui ouvrant notre cœur, et non en cherchant à comprendre le truc, elle va nous ré-enchanter, nous amener à regarder la vie autrement.

La deuxième demande au magicien une certaine volonté car elle implique une éthique, une morale, une intériorité ; elle touche la relation humaine donc l’engagement que nous avons  avec autrui. C’est la magie des relations de solidarité, de coopération, d’authenticité laquelle met en scène la partie invisible de l’être humain, le principe de correspondance où tout est lié ; ceci  requiert une attitude de confiance, d’accueil et d’ouverture, et fait naître à l’intérieur de soi, l’empathie, la compréhension et l’amitié. C’est le début de captation d’un sentiment d’immortalité, c’est la magie de l’âme du monde. En philosophie, cela s’appelle une deuxième naissance à la vie !

Une fois que nous avons accepté de renaître, nous pouvons accéder au monde de l’homme-mage, homme de sagesse, par le biais du sacré. Par des gestes rituels, même simples, comme celui d’allumer une bougie, nous faisons naître le mystère, on capte l’invisible. Ritualiser la vie, c’est lui donner du sens et de la profondeur, c’est la faire entrer dans une autre dimension. C’est la captation métaphysique de l’existence, c’est entrer en résonance avec les lois de la Nature. Seul l’homme a la capacité de voir l’invisible dans la matière.

En faisant de la magie, nous faisons offrande de nous-mêmes au monde. La magie, c’est l’âme qui agit.

Comments Pas de commentaire »

Une fête de la fraternité a été célébrée à Nouvelle Acropole Toulouse le 22 octobre dernier. Les cultures italiennes, grecques, turques et marocaines y étaient à l’honneur. Les festivités ont été précédées  par des ateliers cuisine présentant  la préparation de feuilles de vigne farcies au riz, de tajine marocain et de tiramisu. Ces spécialités et bien d’autres ont ensuite pues  être dégustées pendant un dîner aux allures de festin. Chaque convive a reçu un dictionnaire de communication essentielle pour les langues turques, françaises et italiennes. Sketchs et présentations d’introduction aux diverses cultures invitées ont rythmé le repas. Enfin, des cours improvisés de danses traditionnelles sont venues clôturer la fête. L’ambiance chaleureuse et joyeuse qui régnait au cours de cette soirée ainsi que les nombreuses activités proposées auront permis à chacun de s’enrichir de la diversité culturelle.

Comments Pas de commentaire »

Nouvelle Acropole, Conférence Soufisme d' Ouzbékistan, Paris 11

Nouvelle Acropole, Conférence Soufisme d’Ouzbékistan, Paris 11.

Nouvelle Acropole Paris 11 a été ravie d’accueillir un public très nombreux pour cette activité mémorable et passionnante. à l’initiative de Denis Marquet, et en sa présence ; avec Ikhtiyor Nurullaev, guide inspiré en Ouzbékistan, grand connaisseur et pratiquant du soufisme de l’école Naqshbandi, ouvert à toutes les spiritualités du monde. Il nous a présenté son merveilleux pays et sa spiritualité traditionnelle vivante ; et Davlat Toshev, peintre miniaturiste soufi, maître d’une pratique artistique traditionnelle impliquant l’alliance de la perfection du geste et de l’intégration spirituelle.

Nouvelle Acropole, Conférence Soufisme d' Ouzbékistan, Paris 11

Ikhtiyor Nurullaev et Denis Marquet.

 

L’Ouzbékistan est surnommé la Suisse de l’Asie centrale, par ses richesses en pétrole, en gaz et uranium. Une prospérité intérieure se dégage de la population très accueillante et empreinte d’une grande tolérance et ouverture d’esprit.

Nouvelle Acropole, Conférence, Soufisme d'Ouzbékistan, peinture de Davlat Toshev, Paris 11

Peinture de Davlat Toshev.

 

 

 

Le  soufisme de la voie Naqshbandi propose une spiritualité de l’état amoureux, dans laquelle le pratiquant est de tout coeur avec son Bien-aimé, la divinité qui  est en lui et hors de lui. Il pratique la méditation silencieuse, le dhikr du cœur,  dans le respect de toutes les religions qui permettent à l’individu de s’élever à ce qu’il est de meilleur. Et, par la contemplation, il perçoit que la beauté extérieure n’est que le reflet de la beauté intérieure et que dans chacun de nos désirs, il y a l’infini. C’est donc à une approche spirituelle de l’intégration du désir qu’invite ce soufisme, et non au renoncement ni à l’ascèse stérile.

 

 

Comments Pas de commentaire »

Aristote et l'amitié, Journée mondiale de la Philosophie, Conférence, Fernand Schwarz, Nouvelle Acropole Paris 5

Aristote et l’amitié, Journée mondiale de la Philosophie, Conférence, Fernand Schwarz, Nouvelle Acropole Paris 5

Que dirait Aristote s’il contemplait nos liens d’amitié aujourd’hui ? Et d’abord, qu’entendons-nous par amitié ? « Best friend », Facebook, Twitter, Followers : le philosophe grec raviserait sûrement sa toge et serait certainement très surpris de voir qu’en matière d’amitié, les valeurs se sont… littéralement inversées par rapport à l’Antiquité !

« L’Amitié selon Aristote« , c’est le thème que Nouvelle Acropole Paris 5 a choisi pour s’associer à la Journée Mondiale de la Philosophie 2016 à l’initiative de l’UNESCO — initiative placée cette année sous la figure tutélaire d’Aristote. Disciple de Platon, fondateur du Lycée et précepteur d’Alexandre le Grand, le grec Aristote a écrit sur le bonheur… et sur l’amitié, vertu la plus importante selon lui pour parvenir au bonheur.

« On ne prête pas à un ami. On donne. »

« L’amitié, nous dit Aristote est le bien le plus précieux de l’Homme. » L’amitié, c’est se relier au meilleur en soi, son « excellence », sa vertu (arêté en grec) pour se relier au meilleur de l’autre. L’ami, donc, est un miroir, un miroir inspirant, un miroir stimulant qui nous donne l’envie d’être meilleur. On est bien loin de l’amitié utilitaire ou l’amitié plaisir… que nous pratiquons si bien aujourd’hui sur les réseaux sociaux ou pendant les afterworks ! Ces formes d’amitié, changeantes, mouvantes sont elles liées à nos besoins. Et nos besoins ne sont pas les mêmes à 15 ans qu’à 40 ans… et donc les amis changent !

L’amitié, c’est s’élever… ensemble

L’amitié dont nous parle Aristote est cette amitié éternelle, par-delà les différences, les passades, l’éloignement. Ce lien d’amitié relève de l’être en nous, de qu’il y d’essentiel, de ce qui jamais ne s’achètera, de ce qui jamais ne s’achèvera. L’amitié enfin, c’est mettre en commun le meilleur de soi avec le meilleur de l’autre pour s’élever… ensemble.

aristote-et-lamitie-1

Aristote et l’amitié, Journée Mondiale de la Philosophie 2016, Nouvelle Acropole Paris 5

Comments Pas de commentaire »

Dans le cadre de la journée mondiale de la philosophie à l’initiative de l’UNESCO, Nouvelle Acropole Paris 11 a organisé une conférence interactive et ponctuée d’écoutes musicales, qui a permis de vivre une soirée enrichissante et conviviale.

La musique a ce pouvoir d’exercer sur les cœurs une influence morale. Aristote décrit dans son ouvrage Les Politiques ses effets de catharsis, processus de purification des affections et des passions en recourant « aux mélodies qui transportent l’âme hors d’elle-même ». Quant à son rôle éducatif, la musique est un des moyens d’arriver à la vertu ; elle peut, de même que le sport influe sur les corps, façonner les âmes « en les accoutumant à un plaisir noble et pur ». Déjà à son époque Aristote mettait en garde contre la professionnalisation et l’accent mis sur la virtuosité pouvant faire perdre à la musique son caractère authentique et populaire.

Tout au long de la conférence, des écoutes musicales live (piano, didgeridoo, flûte) ou audio ont été proposées, ainsi qu’un exercice de chant en canon pour permettre au public de participer d’une expérience d’harmonie collective. Des groupes se sont constitués peu avant la fin pour que chacun puisse échanger et mener une réflexion commune, afin de la partager avec tous par l’intermédiaire d’un rapporteur volontaire. Que de richesses en sont issues !

Echanges par groupes.

Echanges par groupes.

Moment d'écoute du didgeridoo.

Moment d’écoute du didgeridoo.

Comments Pas de commentaire »

Aller à la barre d’outils