Archive de l'auteur

Un succès exceptionnel pour cette conférence sur l’intelligence du cœur ! 104 personnes ont assisté à cette rencontre, d’abord pour pratiquer ensemble car le guerrier pacifique est un pratiquant du cœur, comme l’a expliqué le conférencier. Un simple exercice de respiration a permis de retrouver l’harmonie du cœur et de la conscience et surtout une forme d’unité que nous perdons souvent.

Le guerrier pacifique est aussi celui qui connaît les états altérés de son âme et qui sait les combattre quotidiennement. La colère, la susceptibilité, l’orgueil et l’intolérance sont les ennemis à maîtriser, avec «  cet art de la maîtrise fondé sur l’adaptation » cher à Lao Tseu.

La colère entraîne un état de victime, de rejet que le guerrier pacifique affronte avec le calme, la respiration profonde. La susceptibilité, qui est un manque de confiance, informe sur une lecture du monde avec notre propre auto référencement, sans vouloir comprendre les autres et se combat avec l’affirmation et la tolérance. Et cela permet d’évoluer car si nous restons dans nos propres références, nous ne pourrons pas évoluer. Et s’affirmer n’est pas vouloir avoir raison mais aussi regarder notre propre ignorance, et donc de savoir rester bienveillant avec soi et les autres. Face à l’orgueil, qui nous dit sans cesse «  sois fort ! », l’humilité va aider le guerrier pacifique à travailler avec ses propres fragilités.

Nous avons tous des fragilités, et dans ce combat, on est nu devant soi même et on peut faire un bon travail avec ses fragilités psychologiques. L’humble connaît ses propres qualités de cœur et celles des autres.

Face à l’intolérance, très à la mode, avec le syndrome d’être parfait et avec une grande exigence dans les moindres détails, Fernand Schwarz suggère que c’est mieux de pouvoir apprendre à vivre ensemble avec nos imperfections.

Le guerrier pacifique devient ainsi le capitaine de son âme, le maître de son destin, il a compris le grand mystère de la régénération par l’action du cœur et peut agir pour la paix.

Une conférence exceptionnelle, organisée par Nouvelle Acropole à Bordeaux.

Comments Pas de commentaire »

Quand la magie s’invite

« Magie, entre Visible et Invisible» une conférence peu banale ! … Voir «magique » où une salle pleine et curieuse a fait honneur.

En entrée : mini concert de bols tibétains et instrument aux sonorités orientales extraordinaires : le qanûn.

Plat : Olivier Larrègle (Anthropologue et président de NA à Biarritz), le maître de cérémonie, nous a conviés par ses tours de magies à comprendre l’évolution du Monde et ses ruptures (excès du rationalisme, cérébralisation des émotions), associées à la mort du mythe du Progrès. Celui qui s’intéresse à d’autres sciences, comme l’astrophysique ou la physique quantique, celui qui se relie aux mystères, porte en lui les possibilités d’un ré-enchantement du monde. Celui là-même retrouve le chemin du magicien qui est source de l’étonnement et du rêve… Par ses tours de magie, Olivier nous invite à devenir « magicien », à dépasser notre rationalité, à nous émerveiller de la Nature qui porte tous les principes, et à comprendre que nous faisons partie du Tout.

*La Magie fait naitre cet Esprit et toute la Magie réside dans l’Amour.*

Dessert : Réapprendre à Aimer et retrouver le lien à nous même, aux autres et à l’univers.

*Allumer le Feu de la Magie, pour aller du Visible vers l’Invisible.*

Digestif : Une poésie sur le symbolisme du raisin nous a été servie par le groupe des membres de l’association en charge des animations.

« Seules les relations comptent dans la vie et nos rapports entre les choses ». Saint Exupéry

« On ne comprend rien qu’avec le cœur ». Saint Exupéry

Comments Pas de commentaire »

Espace Mouneyra, Conférence et animations poétiques tout au long de la soirée

Dessin des petites matriochka fait en direct pendant la lecture du conte de Babayaga

L’espace Mouneyra a reçu ce samedi un public qui même en ces temps d’élection voulait bien s’en laisser conter.

Il s’agissait en fait d’une conférence spectacle ou le public accueilli par de mystérieuses dames vêtues de robes de princesse entrait d’emblée dans un décor rempli de poésie féerique. Le conte est une épopée métaphorique de l’âme, il porte un message d’une sagesse atemporelle, il possède des clés psychologiques, spirituelles, initiatiques. Son langage est symbolique : les arbres y parlent, les fontaines sont enchantées et nous trouvons tout cela normal pour un monde enchanté.

Les explications de nos fées étaient entrecoupées de lectures et d’animations où le Petit Chaperon rouge dansait son histoire et où une main dessinait en direct le conte russe de Babayaga sur un écran. Ajoutez à cela des chœurs lancinants pour installer une douce confusion dans les esprits les plus rationnels. Blanche Neige se retrouvait alors dansant la valse avec l’ascète nain tandis que le Petit Poucet croquait la sorcière. La Belle au Bois Dormant se réveillait chez Barbe Bleue et la petite marchande d’allumettes se faisait cuire un pot-au-feu dans la cabane de l’ogre devenu végétarien.

Ah, au fait, les contes ne sont pas des histoires à dormir debout mais à rêver éveillé… (faites passer).

 

Comments Pas de commentaire »

Nouvelle Acropole, Projection du Film "La philo vagabonde" à Bordeaux

Nouvelle Acropole, Projection du Film « La philo vagabonde » à Bordeaux

En cet épisode de frimas, une trentaine de personnes sont venues se réchauffer à l’Espace Mouneyra de Bordeaux pour la projection du documentaire sur un philosophe baroudeur.

Celui-ci se déplace à travers la France pour diffuser une philosophie buissonnière, non conventionnelle où les Platon, Spinoza et autres Nietzsche deviennent accessibles, plus humains.

En ces temps où « tout fout le camp » et où la philo vague abonde, Alain déterre la philosophie des carcans normatifs de l’enseignement actuel où le travail de philosopher se réduit à la recherche de l’obtention d’une bonne note à un examen.

Il se rend dans des milieux aussi divers que le monde rural, les prisons, les hôpitaux psychiatriques à la rencontre du philosophe qui sommeille en chacun de nous. Ce néo-philosophe retrouve les racines de l’enseignement de la sagesse lorsque celui-ci se pratiquait dans la rue car, pour les Anciens, la philosophie n’était pas affaire de dissertation écrite et ne s’entendait que par le passage à l’action dans la conduite de sa vie.

En exhortant son auditoire à rechercher du sens, en les mettant en état de penser par eux-mêmes, il nous parle de la joie et de l’émerveillement à découvrir les choses simples qu’on négligeait, croyant les connaître. Loin de dénaturer les concepts philosophiques en les mettant à notre portée, il nous décomplexe par sa manière de nous faire comprendre des choses compliquées avec des images et des formules grâce à sa parole fleurie de bonimenteur qui va à l’essentiel.

À notre époque où les paradigmes anciens sont bouleversés, le film «  La Philo Vagabonde » nous remue dans nos entrailles car enfin !, la philosophie sortie de ses oripeaux intellectuels s’adresse à nous, l’homme de la rue, et elle nous est restituée.

« Faire » de la philosophie redevient un acte politique qui nous engage à sortir de de la Caverne. Une réponse à la superficialité de la société de consommation par la subversion de la philosophie !

Comments Pas de commentaire »

Une introduction inattendue mais totalement adéquate nous a été offerte avant la conférence par 4 couples, 4 styles de danse et une heureuse harmonie des rythmes ont mis en évidence une réalité, il y a des âges de la vie, et des polarités, et elles ne se vivent pas de la même manière au quand nous sortons de l’adolescence pour progresser vers la maturité. Comme le Yin et le Yang, au-delà des archétypes rien n’est statique ni figé. La conférence a permis de montrer comment C G Jung figure majeure de 20ème siècle a mis en lumière autour des polarités masculines et féminines en chacun tout le jeu subtil des attirances, répulsions, du chaos et du retour à l’unité. Nous sommes ainsi amenés à partir du moi, égo conscient, toujours présent et puissant, pour revenir à notre centre, notre soi profond où réside notre essence. Pour y parvenir il nous faudra accepter d’aller à la rencontre de l’ombre, de nos failles, manquements, et les assumer pour parvenir avec davantage de clarté au centre de nous-mêmes. Le travail est donc d’accepter de mourir à nos illusions pour répondre à l’appel de la Vie, et s’unir aux forces primordiales de l’Eros. Ainsi une nouvelle manière de vivre dans un rapport harmonieux au monde est possible, dans la paix de la réconciliation des contraires.

 

Comments Pas de commentaire »

Nouvelle Acropole, conférence, "Guerrier pacifique, la préparation au voyage", Bordeaux

Nouvelle Acropole, conférence, « Guerrier pacifique, la préparation au voyage, Bordeaux

Un public nombreux était présent dans le centre Nouvelle Acropole de Bordeaux pour cette première conférence, dédiée au cycle de l’aventure du Guerrier pacifique. De tous temps et dans toutes les civilisations, des guerriers pacifiques sont apparus car ce choix est le mode d’action propre à tout homme qui veut accomplir sa condition humaine. Le guerrier pacifique est celui qui s’engage en cherchant l’unité en lui et autour de lui, celui qui mobilise ses ressources internes pour vivre avec plus de profondeur ses expériences, et amener davantage de lumière et de sagesse dans sa vie. Il trace un chemin, et chemine avec détermination, en étant acteur de sa vie. À l’image du héros de Richard Bach, Jonathan le goéland, le guerrier pacifique accepte de sortir de sa subjectivité, et cherche sans cesse une voie morale pour pouvoir vivre en paix avec les autres ; il va apprendre à maîtriser sa personnalité, dompter ses instincts, clarifier ses choix, et surtout se faire confiance et croire en sa propre destinée. À ce prix, la route devient sentier et celui qui chemine devient un guerrier pacifique, à ce prix, s’ouvre la voie de l’autonomie. Sans avoir ouvert l’espace de la vie intérieure, qui est le lieu du vrai combat, aucune préparation ni aventure et aucun guerrier pacifique. Se préparer est le premier combat à mener pour faire naître le guerrier pacifique.

Comments Pas de commentaire »

Nouvelle Acropole, Diffusion du film "En quête de sens" à Bordeaux

Nouvelle Acropole, Diffusion du film « En quête de sens » à Bordeaux

Après un début de vie professionnelle sur les chapeaux de roues, genre cadre dynamique impliqué dans une multinationale et chargé de vendre de l’eau aux Etats Unis comme un produit de luxe, Marc de La Menardière rentre en rupture avec le modèle consumériste et décide de voyager avec Nathanaël Coste, son ami d’enfance pour rencontrer des chercheurs de vérité. Le film « En quête de sens », est le résultat de leur prise de conscience sur l’état du monde, et ceux qui changent déjà, le monde. « Deviens le changement que tu veux voir dans le monde » Gandhi qui l’a dit, mais là, cela devient vivant, car les réalisateurs ont rencontrés des personnes ordinaires qui font des choses extraordinaires, des banques de semences, de l’agro-écologie, des rituels chamaniques, de la méditation, La pratique, cela change tout… pas de blabla… des choix et des faits. La finalité : se reconnecter, se re-connaître, faire naître un autre monde. Nous ne sommes pas des hommes matériels qui vivent une expérience spirituelle mais des consciences qui ont besoin d’une expérience matérielle pour évoluer et grandir …Voilà le programme ! Faire naître une nouvelle civilisation, en pensant le réel autrement. Les anciennes croyances s’effondrent, mais le futur et l’avenir sont déjà là. C’est une bonne nouvelle ! Ils étaient nombreux, très nombreux, vendredi soir à la diffusion du film, on a réussi à pousser les murs, et ça, c’est la deuxième bonne nouvelle ! Merci pour cette très belle activité donné par l’association Nouvelle Acropole de Bordeaux à l’Espace Mouneyra. La salle était complète ! Plus de 80 personnes se sont donné rendez-vous pour reprendre une bouffé d’espoir. La projection du film à été suivit d’échanges riches qui vont germain dans le cœur des participants.

Comments Pas de commentaire »

Nouvelle Acropole-Bordeaux-Conférence-Guerroer PacifiqueQue cherchons-nous si ce n’est la paix, la paix totale, forme absolue d’être là, présent, vivant ? Il s’agit de prendre conscience que si l’époque feint d’être heureuse avec un confort et un bien être au maximum, force est de constater comme le dit Philippe Bouvard, que «l’on n’a jamais été si bien chez soi et jamais aussi mal dans sa peau». Mais les mots ne suffisent pas à vivre ou à faire toucher une autre réalité. Une méditation, inspirée des pratiques du bouddhisme, sur le lien aux autres, a permis alors de comprendre que pour toucher le cœur, il faut pratiquer la voie du cœur, son propre cœur. Le guerrier touche d’abord ce lien intime à soi, qui est connexion à l’être, et qui permet l’affirmation et la puissance, puis le lien aux autres, nécessité de l’altruisme pour être juste dans le monde. Et enfin, il va aborder le lien au cosmos, afin de reconstituer l’harmonie entre le passé qui est fierté d’appartenir à l’humanité et le futur qui demande notre responsabilité.

Que gagne le guerrier pacifique dans cette pratique des trois liens ? Simplement la liberté ! Une liberté qui se gagne en appliquant notre conscience dans la durée.

Notre paix se confronte alors à l’égo, à notre «petit moi» qui obéit à d’autres lois et qui veut à tout prix briser les liens. C’est le mirage de l’oasis de l’être et comme tout mirage, il n’a pas le pouvoir d’étancher la soif.

Au même titre qu’une belle partition de piano réjouit l’âme, qui s’élève, le guerrier a des amis pour l’accompagner et combattre la dispersion. Ils sont trois : le combat intérieur qui est le face-à-face de l’ombre et de la lumière en nous, l’engagement qui est la véritable marque de notre attachement aux autres et enfin, le regard de l’émerveillement qui appelle en nous chaque jour, chaque instant la pureté. Alors après la pratique de la méditation, vient l’écoute de la musique du cœur, le guerrier pacifique est dans son cœur-conscience et peut partir à la conquête du monde.

Comments Pas de commentaire »

Nouvelle Acropole, conférence Masculin/Féminin, Laura Winckler à Bordeaux

Nouvelle Acropole, conférence Masculin/Féminin, Laura Winckler à Bordeaux

La co-fondatrice de Nouvelle Acropole en France, Laura Winckler, auteur de Femmes, filles de déesses et de L’ère du Verseau, était au centre Nouvelle Acropole de Bordeaux pour nous parler de la pensée de C.G. Jung et plus particulièrement de la conception du masculin et du féminin par ce grand esprit du XXe siècle. C’est avec quelques saynètes humoristiques inspirés de l’ouvrage Les hommes viennent de Mars, les femmes de Vénus de John Gray, que la soirée s’est ouverte de manière inattendue et originale, pour parler d’un sujet où les préjugés sont à la fois si proches, si communs et si difficiles à démasquer. En fait, comme nous l’a expliqué Laura Winckler, Jung parle du féminin et du masculin, non pas seulement en tant que femme ou homme, mais comme les deux facettes d’un même individu. Ce mot individu qui nous vient du grec, et se traduit par celui qui n’est pas divisé. Jung explique ainsi qu’il existe dans l’inconscient de chacun la polarité complémentaire, l’anima (polarité féminine) chez l’homme et l’animus (polarité masculine) chez la femme avec lesquels il s’agit d’abord de se réconcilier pour aller chercher le complémentaire qui fera de nous une unité. Car l’anima et l’animus, ne sont pas figés, et ces figures évoluent en chacun de nous en fonction de notre parcours de vie tout au long d’un processus d’évolution où Jung discerne quatre étapes. La soirée se termina en invitant les 75 personnes présentes à se former en petits groupes afin d’échanger, et de faire partager ensuite à l’ensemble des participants les prises de conscience et questionnements de la soirée, dans une superbe clôture pleine de richesse et de partage.

Comments Pas de commentaire »

Dans l’amphithéatre de la cité mondiale plein à craquer, c’est à une bien étrange expérience que nous a convié Bertrand Vergely, philosophe et auteur de nombreux ouvrages, – notamment de philosophie -, celle de voir avec les yeux de l’esprit.

Voir avec les yeux de l’esprit, c’est aller de l’expérience de la sensation à la conscience de la sensation, dans un va-et-vient permanent et dynamique, qui mène à l’expérience du mystère du grand Vivant. Bertrand Vergely détient cette capacité rare d’être entièrement son sujet.

Vivre, vivre avec un grand V, voilà l’objet et le sujet. L’homme qui sait, qui est. Lui-même. Constamment disponible pour s’émerveiller, s’étonner de la beauté de la Vie.

Découvrir ou redécouvrir ainsi la spiritualité avec les yeux de l’émerveillement, est pour le philosophe en herbe que nous sommes, l’opportunité de faire de l’éthique un hymne à la joie de vivre, d’exister, de faire totalement l’expérience de notre existence et de prendre conscience du grand Tout. C’est ainsi seulement que l’homme est dans son devoir, devoir d’être, qui seul le rends utile, aux autres comme à lui-même.

La spiritualité à laquelle nous convie Bertrand Vergely est toute entière simplicité. Mais elle est aussi humour, regard décalé et nécessaire pour tromper la platitude et la vulgarité d’une existence sans conscience. Le chemin spirituel est celui qui conduit à la plénitude, à l’essentiel. Cette vie lumineuse, heureuse, joyeuse, se construit au fil de nos jours par une méditation qui nous invite à rentrer dans le silence, le vide, pour réintégrer le cosmos, l’éternité. Nous ne sommes pas de ce monde, nous avons juste la mission d’accomplir avec joie, confiance notre devenir d’humain, avec amour aussi et par-dessus tout. Enfin, la spiritualité est beauté, infini impalpable présent dans une peinture, qui tout à coup fait irruption dans notre réel. Bertrand Vergely touche ainsi à sa manière au mystère de l’âme, et nous conduit à cet espace dans lequel vit l’essentiel, la transcendance, face à un réel qui trop souvent nous aveugle. C’est une invitation à voir comme un enfant innocent, à ouvrir notre regard sur un réel, plus réel que le réel, pour y retrouver la profondeur et la conscience de notre filiation céleste. Une seconde naissance en quelque sorte. La vraie, celle que nous permet le regard de l’esprit.

Comments Pas de commentaire »

Aller à la barre d’outils