Archives pour 12 février 2018

En ces temps de disette spirituelle où les polarités féminines et masculines sont passées au rouleau compresseur, de nombreuses personnes sont venues à l’Espace Mouneyra pour une conférence sur le rôle de la dame dans le mythe de la Table Ronde. Quand on dit Merlin, Avalon, la Dame du lac, Lancelot, il y a quelque chose dans notre esprit qui tend l’oreille un instant sans savoir d’où ce bruit peut venir. Le mythe arthurien est le secret d’une destinée qui s’ignore. Elle est une quête pour aller chercher quelque chose de plus noble et de plus digne pour aller à la rencontre de nous-mêmes. Il s’agit pour cela de passer de la femme à la dame et de l’homme au chevalier. Le chevalier a besoin de la dame qui l’inspire dans son action héroïque. Ces dames se nomment Guenièvre, Morgane, Liliane ; elles présentent les archétypes féminins qui loin d’être des stéréotypes sont des modèles intérieurs.

 

La légende nous dit que par amour on est capables de se mettre en mouvement et dépasser ses limites pour gagner en unité et en vertus.

Ces visages nous rappellent qu’on a en nous une forme de grandeur à réveiller par le combat entre l’ombre et la lumière et qu’on peut passer de l’homme errant au chevalier qui fait partie d’une table ronde, d’une société noble. Voilà donc le sens et la raison de ce mythe : nous faire rêver afin de contacter la partie qui en nous a envie de se mettre en route.

Et comme d’habitude c’est autour de tables, carrées pour le coup, qu’un repas fut partagé.

 

 

Comments Pas de commentaire »