Archives pour 10 avril 2017

Nouvelle Acropole, Conférence "Magie, entre visible et invisible" par Olivier Larregle à Bordeaux

Nouvelle Acropole, Conférence « Magie, entre visible et invisible » par Olivier Larregle à Bordeaux

« Magie, entre Visible et Invisible» une conférence peu banale ! dans le centre Nouvelle Acropole de Bordeaux … voire «magique » où une salle pleine et curieuse a fait honneur.

En entrée : mini concert de bols tibétains et instrument aux sonorités orientales extraordinaires : le qanûn.

Plat : Olivier Larrègle (Anthropologue et président de NA à Biarritz), le maître de cérémonie, nous a conviés par ses tours de magies à comprendre l’évolution du Monde et ses ruptures (excès du rationalisme, cérébralisation des émotions), associées à la mort du mythe du Progrès. Celui qui s’intéresse à d’autres sciences, comme l’astrophysique ou la physique quantique, celui qui se relie aux mystères, porte en lui les possibilités d’un ré-enchantement du monde. Celui là-même retrouve le chemin du magicien qui est source de l’étonnement et du rêve… Par ses tours de magie, Olivier nous invite à devenir « magicien », à dépasser notre rationalité, à nous émerveiller de la Nature qui porte tous les principes, et à comprendre que nous faisons partie du Tout.

*La Magie fait naitre cet Esprit et toute la Magie réside dans l’Amour.*

Dessert : Réapprendre à Aimer et retrouver le lien à nous même, aux autres et à l’univers.

*Allumer le Feu de la Magie, pour aller du Visible vers l’Invisible.*

Digestif : Une poésie sur le symbolisme du raisin nous a été servie par le groupe des membres de l’association en charge des animations.

« Seules les relations comptent dans la vie et nos rapports entre les choses ». Saint Exupéry

« On ne comprend rien qu’avec le cœur ». Saint Exupéry

Comments Pas de commentaire »

Espace Mouneyra, Conférence et animations poétiques tout au long de la soirée

Dessin des petites matriochka fait en direct pendant la lecture du conte de Babayaga

L’espace Mouneyra a reçu ce samedi un public qui même en ces temps d’élection voulait bien s’en laisser conter.

Il s’agissait en fait d’une conférence spectacle ou le public accueilli par de mystérieuses dames vêtues de robes de princesse entrait d’emblée dans un décor rempli de poésie féerique. Le conte est une épopée métaphorique de l’âme, il porte un message d’une sagesse atemporelle, il possède des clés psychologiques, spirituelles, initiatiques. Son langage est symbolique : les arbres y parlent, les fontaines sont enchantées et nous trouvons tout cela normal pour un monde enchanté.

Les explications de nos fées étaient entrecoupées de lectures et d’animations où le Petit Chaperon rouge dansait son histoire et où une main dessinait en direct le conte russe de Babayaga sur un écran. Ajoutez à cela des chœurs lancinants pour installer une douce confusion dans les esprits les plus rationnels. Blanche Neige se retrouvait alors dansant la valse avec l’ascète nain tandis que le Petit Poucet croquait la sorcière. La Belle au Bois Dormant se réveillait chez Barbe Bleue et la petite marchande d’allumettes se faisait cuire un pot-au-feu dans la cabane de l’ogre devenu végétarien.

Ah, au fait, les contes ne sont pas des histoires à dormir debout mais à rêver éveillé… (faites passer).

 

Comments Pas de commentaire »

Aller à la barre d’outils